un service de meilleurtaux.com

Malaises et maladies cardiaques : comment prévenir, détecter et réagir ?

Le cœur est un organe fragile qui, en cas de mauvaise hygiène de vie, peut être la cause de maladies cardiovasculaires. La journée mondiale du cœur est l'occasion de rappeler les mesures de prévention importantes, les moyens de détection des symptômes inquiétants ou encore la réaction à avoir en cas de crise ou d'arrêt cardiaque.

Journée mondiale du coeur

Les maladies cardiovasculaires

Arrêt cardiaque, crise cardiaque, infarctus… les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès au monde. Chaque année, on estime que 17,5 millions de personnes décèdent de cette cause, soit 31 % de la population mondiale. En France il s'agit de la deuxième cause de décès après le cancer. Parmi ces maladies on trouve :

  • Les cardiopathies coronariennes (infarctus / crise cardiaque)
  • Les maladies cérébrovasculaires (accidents vasculaires cérébraux)
  • L'hypertension
  • Les artériopathies périphériques
  • Les cardiopathies rhumatismales
  • Les malformations cardiaques congénitales
  • L'insuffisance cardiaque

Arrêt cardiaque

L'arrêt cardiaque est un arrêt brutal et soudain du cœur, qui résulte souvent d'une crise cardiaque ou d'anomalies cardiaques.

Symptômes

Selon une étude réalisée par l'American Heart Association 53 % des victimes d'arrêt cardiaque ressentent des signes avant-coureurs dans les 4 semaines précédant l'arrêt  : douleur de poitrine, essoufflement, étourdissements et palpitations.

Si vous voyez quelqu'un faire un malaise et présenter ces symptômes, c'est qu'il fait un arrêt cardiaque :

  • Perte de conscience
  • Aucune réaction de la personne, que ce soit au toucher ou aux sons
  • Respiration difficile voire inexistante (pour le savoir, placez votre joue proche du nez et de la bouche de la victime, visage tourné vers la poitrine. Ecoutez pour percevoir un souffle et observez la poitrine pour déterminer si elle se soulève.)

Gestes de premiers secours

  • Appelez le Samu (15) immédiatement et décrivez la situation le plus précisément possible
  • Pratiquez un massage cardiaque, et ce jusqu'à ce que les secours arrivent
  • S'il y en a un à proximité, utilisez un défibrillateur. Les instructions sur l'appareil sont claires et précises, il suffit de les suivre, tout est automatique
  • Si la victime est inconsciente mais respire normalement, mettez-la simplement en position latérale de sécurité

En France seule une petite partie de la population est formée aux gestes de premiers secours, or, une intervention rapide dans le cas d'une crise cardiaque peut tripler les chances de survie. « L'intervention rapide d'un témoin peut non seulement améliorer les chances de survie de la victime mais aussi réduire le risque de séquelles » explique par exemple le directeur général du CAS (centre d'analyse stratégique), Vincent Chriqui.

Crise cardiaque

Symptômes

Notez que tout le monde ne présente pas les mêmes symptômes ni à la même intensité. Certaines personnes n'auront qu'une faible douleur tandis que d'autres présenteront plusieurs symptômes : douleur de poitrine, essoufflement, étourdissements et palpitations, nausée, sueurs, des symptômes qui sont souvent moins flagrants chez les femmes et donc plus difficiles à détecter.

Gestes de premier secours

Si vous êtes seul et que vous ressentez l'un de ces symptômes, n'hésitez pas à contacter le Samu (15) sans attendre : beaucoup de personnes essaient de se convaincre que ce n'est pas grave et que la douleur passera, or le nombre de décès baisse de 50 % lorsque les secours peuvent intervenir dans la première heure, et de 30 % dans la deuxième heure.

Ensuite, essayez de vous détendre, de respirer profondément et attendez calmement les secours.

Avoir une bonne hygiène de vie

Il n'existe aucun médicament ou examen pour prévenir et détecter les arrêts et crises cardiaques, le seul moyen de prendre soin de votre cœur est d'avoir une bonne hygiène de vie, et ce depuis le plus jeune âge. Mauvaise alimentation, tabagisme, excès d'alcool, surpoids, stress et manque d'activité physique sont autant de facteurs qui, à terme, risquent de provoquer un accident cardiaque.

Il ne suffit cependant pas d'avoir une bonne hygiène de vie pour éviter la crise cardiaque. D'autres éléments peuvent aggraver le risque : hypertension, diabète, hérédité ou encore cholestérol élevé, des facteurs qui exigent un suivi médical strict.

Consulter un cardiologue

Palpitations, cœur qui s'emballe sans effort physique... ce genre de symptômes peut être celui d'un trouble cardiovasculaire. Il ne faut surtout pas les sous-estimer et consulter son médecin traitant qui redirigera le patient vers un cardiologue, qui effectuera des examens approfondis : holter (enregistrement continu pendant un ou deux jours), électrocardiogramme, échographie cardiaque et bilan sanguin. 

Si prescris par le médecin traitant ces examens sont partiellement remboursés par la Sécurité sociale en fonction de son tarif. Une mutuelle peut venir compléter cette prise en charge.

Quelle prise en charge des maladies cardiovasculaires ?

Bon nombre de maladies cardiovasculaires comme l'AVC, l'insuffisance cardiaque grave ou encore les maladies coronaires (dont l'infarctus) sont considérées comme des ALD (affection longue durée) par la Sécurité sociale et permettent donc au patient de bénéficier d'une prise en charge à 100 % de ses soins médicaux sur la base du tarif de la Sécu.

Il est toutefois conseillé de souscrire une bonne mutuelle afin que celle-ci prenne en charge les frais non couverts par la Sécurité sociale : dépassements d'honoraires des spécialistes, séjours en établissements spécialisés, recours à des médecines alternatives (acupuncture…), chambre particulière à l'hôpital…

Sachez aussi que les contrats dits « responsables » des complémentaires (soit 98 % d'entre eux) ne comportent pas de questionnaire médical à la souscription, et qu'une ALD n'est donc pas un motif d'exclusion.