un service de meilleurtaux.com

Quelles innovations e-santé pour les animaux ?

Des objets connectés permettent déjà depuis une dizaine d'années d’améliorer et de prendre soin de la santé des animaux d’élevage et, désormais, commencent à se généraliser à tous les animaux de compagnie et viennent en aide aux vétérinaires.

La e-santé s’applique aussi aux animaux

La e-santé ne se limite plus aux besoins de l'homme mais se généralise de plus en plus avec l'apparition de solutions et d'objets connectés à destination des animaux. En France, pour des raisons historiques (premières écoles vétérinaires) et économiques (2ème marché de santé animale au monde) la santé animale fait partie des préoccupations du grand public. Les besoins des éleveurs, des propriétaires d'animaux de compagnie comme des vétérinaires sont donc importants, ce qui a notamment poussé plusieurs start-up et entreprises françaises à investir dans la santé connectée adaptée aux animaux, des outils qui représentent une opportunité incroyable pour le suivi de leur santé.

« Depuis 2015, l'animal n'est plus considéré par la Loi comme un objet mais comme un être vivant doué de sensibilité. D'où plus de contraintes et de pression sur les vétérinaires (gestion de la douleur, suivi post-opératoire, conditions d'accueil…). Des solutions e-santé peuvent apporter un niveau de sécurité et de prise en charge supérieurs. L'animal de compagnie étant devenu un membre à part entière de la famille, il faut le soigner comme tel » explique Jean-Luc Chambrin, fondateur de la société SKWAZEL.

Des solutions pour l'élevage

La e-santé animale s'est d'abord développée dans le secteur de l'élevage et plus particulièrement dans celui des porcs, des volailles et des ruminants ces dix dernières années. Il s'agit non seulement d'améliorer la santé des animaux et le suivi mais aussi la rentabilité de l'élevage. Dans la plupart des cas ces objets connectés prennent la forme de capteurs, placés dans un collier ou dans l'organisme, qui vont permettre d'enregistrer des données biologiques, zootechniques et comportementaux, données qui transmettront à l'éleveur des informations précieuses.

Ces capteurs permettent par exemple :

  • D'anticiper le vêlage en détectant les variations de température de la vache : l'éleveur est prévenu via SMS lorsque le vêlage commence, ce qui permet notamment de réduire la mortalité
  • De détecter les chaleurs et maîtriser la reproduction
  • De surveiller les transitions alimentaires
  • D'analyser la santé (détection des fièvres, hyperthermies…)
  • Etc.

Ces données permettent à l'éleveur et au vétérinaire d'intervenir rapidement en cas de problèmes mais offrent également au premier de meilleures conditions de travail et un gain de temps important. Etant donné que le capteur prévient l'éleveur, par exemple, lorsque le vêlage commence, ce dernier n'a plus besoin de multiplier les allers-retours pendant la nuit.

La e-santé pour les chiens et les chats

De plus en plus d'offres d'objets connectés voient le jour, essentiellement à destination des chats, des chiens et des chevaux. Ces objets sont grand public et peuvent donc être acquis par n'importe quel propriétaire. À nouveau la plupart de ces technologies reposent sur des capteurs qui permettent de géo-localiser l'animal et d'enregistrer certaines données biologiques.

Ce sont à de jeunes start-up que l'on doit ces innovations qui vont, peut-être, révolutionner la santé animale de demain. La société Canhegat a notamment mis en place un collier pour chien et chat qui enregistre l'activité journalière de ces derniers, permet de géo-localiser l'animal, de suivre précisément son alimentation et de l'adapter en fonction de ses dépenses physiques. Les données sont ensuite consultables sur l'application dédiée, données auxquelles le vétérinaire peut également avoir accès.

La société SKWAZEL est, elle, pionnière dans les solutions personnalisées de suivi post-opératoire et dans la surveillance à distance des fonctions vitales lors du retour à domicile de l'animal. On trouve également Dolodog, une application conçue pour suivre la douleur arthrosique du chien.

De plus en plus de campagnes de financement voient le jour sur des plateformes de crowdfunding afin de récolter des fonds pour concevoir des objets de santé connecté pour les animaux comme des gamelles connectées, Il existe également des échographes sur IPad permettant le partage entre vétérinaires en cas de doute.

Il est encore trop tôt pour pouvoir tirer des conclusions sur l'efficacité de ces derniers objets connectés, qui ne se substituent évidemment pas au vétérinaire, même si elles deviendront sûrement à l'avenir d'une aide précieuse.

Amélioration de la performance sportive des chevaux

Enfin, les objets connectés sont également utilisés dans le milieu de l'équitation dans le but d'améliorer les performances sportives des chevaux. Ce sont là encore des capteurs placés dans l'équipement qui vont enregistrer de nombreux paramètres (amplitude, cadence, rebond…) qui seront transmis au cavalier, à l'entraîneur ainsi qu'au vétérinaire.