un service de meilleurtaux.com

Don d’organes : du changement pour 2017

La loi sur le don d’organes a subi plusieurs modifications depuis le 1er janvier. Voici un point sur ces changements, accompagnés de plusieurs données pour savoir ce qu'il en est du don d’organes en 2017.

don d'organes

Un décret du 11 août a drastiquement changé les modalités de refus de prélèvements d'organes après le décès. La loi Cavaillet de 1976 stipule que chaque Français reste un donneur présumé si l'opposition au prélèvement n'a pas été exprimée de son vivant.

La loi sur l'opposition au don amplement modifiée.

La loi, qui est entrée en vigueur ce 1er janvier, contient plusieurs données importantes sur la manière de refuser le don de ses organes :

  • « Chaque personne opposée au don d'organes pourra faire un écrit qui sera confié à un proche » qui pourra le « transmettre à l'équipe médicale en cas de décès rendant possible un prélèvement d'organes et/ou de tissus »
     
  • Le refus du don d'organes pourra aussi être retranscrit oralement : « Chaque personne peut aussi faire savoir son opposition de vive-voix à ses proches. Dans ce cas, l'équipe médicale demandera aux proches de retranscrire par écrit les circonstances précises de l'expression de ce refus et de signer ce témoignage »

  • Il est également possible de s'inscrire au Registre National des Refus par un formulaire disponible sur le site du don d'organes. Ce formulaire a donc lui aussi changé pour donner la possibilité « de ne faire valoir l'opposition au prélèvement que sur certains organes ou tissus » et spécifie aussi que cette « décision du refus est révisable et révocable à tout moment » 

  • Dernier point notable, l'Agence de la biomédecine et les parties prenantes (coordination hospitalière, associations…) ont décidé de mettre en place des bonnes pratiques visant à « faciliter le dialogue avec les proches lors de l'entretien visant à recueillir l'expression d'un éventuel refus du défunt ».

Le don d'organes en France, qu'en est-il ?

Le site du don d'organe met en exergue plusieurs chiffres intéressants sur les dons. En 2015, sur 21 464 personnes inscrites sur les listes d'attentes, seulement 5 746 ont reçu une greffe. Ce qui représente à peine 27%, mais c'est tout de même 7% de plus qu'en 2014. De 2006 à 2015, les greffes ont augmenté de 30% passant de 4 428 à 5 746.

Depuis 2006, 49 198 personnes ont reçu une greffe. Les trois organes les plus greffés sont les reins (plus de la moitié des greffes en 2015) suivis du cœur et du foie. L'âge des donneurs et des receveurs est de plus en plus élevé. En 10 ans, l'âge moyen des donneurs est passé de 50 à 57 ans et celui des receveurs de 47 à 52 ans, toujours d'après le site du don d'organes.

Un don toutes les 6 minutes

L'Organisme Mondial de la Santé (OMS) estime qu'en une heure, 10 dons sont effectués. Ce qui représente 90 000 dons par an. Plus concrètement, l'organisme avance ces chiffres : 66 000 transplantations de reins, 21 000 pour le foie et 6 000 pour le cœur. Même s'il est compliqué d'avoir des chiffres concrets, les organismes spécialisés pensent que le don d'organes est en augmentation. Il y aurait notamment eu une poussée de 3% entre 2010 et 2011. En parallèle, la fédération France Adot considère que 10% des greffes de rein sont réalisées dans des « conditions anormales ». Des progrès importants sont donc encore à réaliser...