un service de meilleurtaux.com

Vacances au ski et assurance : comment être bien couvert ?

En cette période de vacances à la neige, nombreux sont ceux qui vont partir pratiquer les sports d’hiver. Toutefois, il ne faut pas négliger sa sécurité et bien souvent l'on vous propose, avant même de chausser vos skis, de souscrire à des assurances ski. Sur le papier, ces offres peuvent être intéressantes, mais sont-elles réellement nécessaires ?

Personne n'est à l'abri d'une mauvaise surprise lors de la pratique des sports d'hiver, qui par un comportement à risque ou par négligence peut entraîner de mauvaises surprises : frais médicaux, hospitalisation à la suite d'une mauvaise chute, rapatriement voire remboursement du séjour... La souscription d'une assurance spécifique ski peut s'avérer utile mais encore faut-il être sûr que l'on ne soit pas déjà couvert par l'assurance habitation ou  les garanties comprises avec dans la carte bancaire.

Qui est responsable en cas d'accident ?

Avant même de chausser ses skis, il faut s'assurer que l'on soit bien couvert pour sa responsabilité civile. Autrement dit, il faut posséder une assurance responsabilité civile. En principe, cette assurance est incluse de base dans une assurance habitation, voir dans une moindre mesure dans les contrats de carte bancaire.

Cette obligation légale incombe l'auteur d'un dommage causé à autrui de le réparer. En vertu des dispositions de l'article 1242 du Code civil, ce principe de réparation du dommage causé à autrui par sa faute, négligence ou son imprudence s'applique également à l'encontre des choses que l'on a sous sa garde (bâtons de skis, snowboard, ski).

Auteur d'un dommage causé par sa faute

On est dans la situation où l'on est auteur d'un dommage causé à autrui auquel cas on sera tenu de le réparer. Par exemple, lors d'une descente à ski vous blessez un autre skieur qui est mal retombé de par votre faute. De fait, vous êtes tenus de réparer le dommage et par conséquent d'assumer la responsabilité financière. De par votre assurance responsabilité civile, vous ne supportez pas personnellement le poids du dommage causé et c'est votre assureur qui se chargera de l'indemnisation du sinistre.

Victime d'un dommage causé par un tiers

On se retrouve dans la situation inverse, vous êtes percutés par un autre skieur. L'auteur du sinistre sera tenu de vous indemniser pour le dommage qu'il a pu vous causer. Ainsi, ce dernier fera jouer son assurance de responsabilité civile et ce sera donc son assureur qui aura la charge de vous indemniser en fonction du préjudice subi.

A défaut de responsabilité civile ?

Il est tout à fait possible que l'auteur du dommage ne dispose pas d'une assurance responsabilité civile ou ne soit pas identifiable. Dans ce cas, il peut s'avérer difficile d'obtenir une indemnisation pour le préjudice subi.

Il est toujours possible de saisir le Fonds de garantienéanmoins son domaine de compétence est extrêmement restreint et nécessite la réunion de 2 critères pour prétendre à être indemniser : un dommage grave et la commission d'une infraction pénale. Il est également possible d'engager la responsabilité de l'auteur du séjour, si cela est organisé par un tour opérateur, ou dans une moindre mesure, l'exploitant de la station si le dommage provient d'une mauvaise sécurisation du domaine skiable.

Quelles assurances souscrire durant son séjour en montagne ?

Au-delà du recours envers l'auteur du dommage, il est possible de recourir à d'autres types d'assurances qui peuvent s'avérer utile par rapport à son prix et aux garanties offertes. Il faut tout de même faire attention aux exclusions de garantie ainsi qu'à d'éventuels plafonnements ou franchises applicables à ces contrats.

L'assurance liée au forfait ski

Lors de l'achat de son forfait ski, il est possible de souscrire à des assurances complémentaires non obligatoires. Par exemple, la souscription de l'assurance assistance et rapatriement peut être une bonne chose à adhérer. En effet, la Sécurité sociale ne couvre pas les frais de secours et de recherche en montagne qui sont très onéreux. Par conséquent, si des secours sont dépêchés sur le lieu de l'accident et l'intervention d'un hélicoptère s'avère nécessaire pour vous rapatrier, il est possible que vous soyez tenus de rembourser les frais occasionnés. Il appartient aux communes d'assurer cette mission mais rien ne les empêche de se retourner contre vous pour se faire rembourser.

Le contrat d'assurance « garantie contre les accidents de la vie » (GAV)

Cette assurance GAV prévoit le versement d'un capital en cas d'incapacité permanente partielle (au moins 30 % d'invalidité) ou totale, le remboursement des frais médicaux, de secours, et également le versement d'indemnité journalière en cas d'incapacité de travail. Une formule de couverture intéressante sur le principe, mais qui implique que l'assureur n'intervient que si l'assuré est victime d'une incapacité permanente d'au moins 30 %. Pour réellement profiter de cette couverture, il faut que l'accident soit sérieux ou entraîne des séquelles graves pour en bénéficier.

Autres assurances : annulation séjour, vol ou casse du matériel de ski, absence de neige

Toutes les autres assurances proposées ne sont pas réellement indispensables mais peuvent être utiles en fonction du risque assuré. Par exemple, si vous êtes contraint d'annuler votre séjour pour une raison ou une autre, l'assurance annulation peut être une bonne chose afin d'obtenir le remboursement d'une partie du séjour non utilisé (forfait de ski, coût de l'hébergement). Il en de va de même en cas de casse ou vol du matériel loué pour obtenir la prise en charge des frais de réparation ou de remplacement du matériel.

Dans les deux cas, il faut vérifier le plafonnement, les franchises et les exclusions de garanties qui peuvent s'appliquer au contrat et éviter toute désillusion sur le montant de l'indemnisation. Enfin, l'assurance « absence de neige » est une garantie extrêmement difficile à obtenir, bien souvent cela implique la réunion de plusieurs conditions pour faire valoir cette garantie.

Les assurances classiques qui vous couvrent avant même votre départ

Il est tout à fait possible qu'en fonction de la formule souscrite pour son assurance habitation, votre assureur vous couvre durant vos séjours à la montagne. Pour ce faire, il est toujours important de bien lire son contrat ou la notice d'information qui a été transmise lors de la souscription du contrat. En fonction des options souscrites, il est possible d'être couvert dans certains cas : annulation voyage, casse ou vol du matériel loué, rapatriement. Ainsi, avant même de souscrire à une assurance complémentaire, il est préférable de s'assurer que l'on ne soit pas déjà couvert par son assureur traditionnel.

De plus, l'assurance liée aux cartes bancaires peut également avoir un rôle non négligeable dans la couverture du séjour de ski. En effet, certaines cartes bancaires haut de gamme telles que la Gold MasterCard ou Visa Premier peuvent également disposer de couvertures d'assurances et plus particulièrement dans la pratique de l'activité de ski.