un service de meilleurtaux.com

Comment s’assurent les téléréalités ?

Depuis 2001 et la première émission de téléréalité française, Loft Story, qui a permis l’éclosion de star comme Loana ou Steevy, une pléiade d’autres émissions du même genre ont vu le jour. De Koh-Lanta à Secret Story en passant par Les Princes de l’amour, comment ces acteurs majeurs de la télé du 21ème siècle font-ils pour s’assurer ?

assurance telerealite

Les émissions de téléréalité sont soumises à de nombreux risques, humains comme financiers. Mais au vu du caractère singulier de la téléréalité, les sociétés de production ont besoin d'une assurance sur-mesure pour répondre parfaitement aux risques encourus. Quels sont-elles ?

« Les risques ont changé »

En 16 ans, les émissions de téléréalité se sont multipliées. Beaucoup de protagonistes entrent en jeu pour réaliser une émission dite de téléréalité : les participants, les techniciens, les sociétés de productions mais également les chaînes de télévision qui les diffusent.

Avec ce nombre croissant d'émissions, les contrats d'assurance ont évolué pour répondre aux problèmes rencontrés. « Les risques ont changé. La connaissance de certains sinistres est venue enrichir les contrats. C'est notamment ce qui s'est passé suite au décès d'un candidat lors du tournage de Koh-Lanta. Sur le contrat il n'y avait aucune raison pour que le tournage ne continue pas, mais son annulation relevait évidemment d'une question morale » nous indique Antonella Spinella, directrice du département spectacles de Siaci Saint Honoré, interviewée par le magazine La Tribune de l'assurance.

Au vu de ce gain d'expérience emmagasiné depuis le début des années 2000, les assureurs ont revu leurs garanties pour mieux répondre aux attentes des différents acteurs du monde de la téléréalité. Ainsi, après le tragique incident survenu pendant Koh-Lanta, Antonella Spinella nous informe que « Depuis cet accident, les assureurs ont inclus des garanties supplémentaires pour pallier à une annulation engendrée par des problématiques d'ordre moral ».

Les assureurs à tâtons

A cause de la complexité des contrats (risques en augmentation, garanties particulières…), les assureurs ne se pressent pas pour assurer ces émissions. Quelques courtiers seulement proposent leurs services. Les contrats sont assez larges et répondent aux risques audiovisuels comme :

  • L'impossibilité de tourner ;
  • L'annulation complète du tournage ; 
  • Des problèmes sur le matériel de production ou les décors ; 
  • Les interruptions ; 
  • L'indisponibilité des candidats ; 
  • Des garanties sur-mesure spécifique à l'émission.

L'assurance responsabilité civile est aussi obligatoire.

« L'assurance se charge des frais qui résultent d'un événement accidentel ou aléatoire qui a mis à mal le bon déroulement du tournage. Le but étant de protéger les producteurs contre une annulation, temporaire ou définitive, pour garantir le remboursement des frais engagés » nous éclaire la directrice du département spectacles de Siaci Saint Honoré.

Le direct bien plus dangereux

« Une émission en direct est plus risquée qu'une enregistrée, dans le second cas il y aura toujours des solutions de secours possibles. En général, les émissions de téléréalité sont en direct mais consistent en une succession de séquences enregistrées. Il y a donc un peu plus de souplesse que pour du direct pur » informe Antonella Spinella.

Les risques évoluent parallèlement au déroulement de l'émission, « ainsi, lors des fameuses finales, des candidats deviennent des personnes indispensables au bon déroulement de l'émission. Il est donc obligatoire de souscrire des garanties contre l'absence potentielle de ces protagonistes » déclare la directrice du département spectacles de Siaci Saint Honoré. Il est à noter que les assureurs ne prennent pas en charge les manquements des candidats suite à : une prise de drogue ou d'alcool, une grossesse ou encore un suicide. L'assurance contre l'absence d'un candidat n'est pas sans rappeler le contrat signé par Disney pour se prémunir de la disparition de Carrie Fisher.

En conclusion, le « budget assurance » représente entre 0,5 et 1 % du budget d'un tournage d'une émission de téléréalité.

Source : La Tribune de l'assurance