Les éléments qui font varier le prix de la mutuelle santé

Pour comprendre comment les compagnies d'assurance fixent leurs tarifs, il est nécessaire de prendre en compte tous les éléments qui vont impacter le niveau de risque.

L'âge du souscripteur

Les assureurs considèrent qu'une personne de 50 ou 60 ans aura des problèmes de santé plus lourds qu'une personne de 20 ans. Aussi, à garanties équivalentes, le prix du contrat de mutuelle santé sera différent. Les compagnies d'assurance doivent estimer le niveau de risque de devoir prendre en charge les dépenses de santé de leurs clients.

Le sexe du souscripteur ne peut plus être pris en compte depuis 2012 et une décision de la Justice européenne qui a souhaité mettre fin à une discrimination qui imposait aux femmes de payer plus cher leur mutuelle santé d'environ 10 %. Notez que cette discrimination, à l'inverse, favorisait les femmes en matière d'assurance auto. Aujourd'hui, les compagnies d'assurance n'ont plus le droit de se baser sur des critères de sexe.


La situation professionnelle de l'assuré

Tous les assurés ne courent pas les mêmes risques dans le cadre de leur profession. Les compagnies d'assurance peuvent, par exemple, estimer qu'un couvreur a plus de risques d'être accidenté et d'avoir ensuite des frais médicaux à moyen ou long terme qu'une personne qui travaille dans un bureau. Chaque compagnie d'assurance définit son niveau de risque librement.

De même, il est admis pour les mutuelles que les travailleurs non-salariés (TNS) ont moins de dépenses de santé que les salariés, cela aura un impact sur le tarif de la mutuelle.

Le niveau des garanties souscrites

C'est un point essentiel évidemment. De la même manière qu'en matière d'assurance auto il existe différentes formules, du tiers au tous risques, toutes les mutuelles santé ne se valent pas. Votre complémentaire santé sera adaptée à votre profil et vos habitudes en matière de frais médicaux.

Les complémentaires santé remboursent aujourd'hui de plus en plus de frais de santé. Les remboursements de la Sécurité sociale sont parfois jugés faibles, ils sont même inexistants pour certaines dépenses de santé.

Aussi, le coût de la mutuelle santé sera déterminé par le niveau de prise en charge des dépenses suivantes :

  • Dépassements d'honoraires : la Sécurité sociale ne les prend pas en charge. Une base de remboursement de la Sécurité sociale a été mise en place pour fixer les conditions de remboursements. L'Assurance Maladie prend en charge un pourcentage de la BRSS, la mutuelle santé vient rembourser le ticket modérateur.
  • L'optique : les frais optiques sont particulièrement chers. Si les consultations sont parfaitement remboursées, la prise en charge de la Sécurité sociale est quasiment inexistante pour les lunettes ;
  • Les frais dentaires : là encore, s'il s'agit de simples consultations, le remboursement est correct (sauf si le dentiste pratique des dépassements d'honoraires). En revanche, pour les prothèses dentaires (couronnes, appareils dentaires, etc.), c'est la mutuelle qui assume une grande partie de la dépense, ce qui va naturellement impacter le coût du contrat ;
  • Les frais d'hospitalisation : en cas d'hospitalisation, tout n'est pas remboursé par la Sécurité sociale. Forfait journalier, chambre particulière, c'est la mutuelle qui vient vous accompagner financièrement. Plus votre prise en charge est élevée, une fois de plus, plus le coût de la complémentaire santé est élevé ;
  • Les médecines douces : le prix de la mutuelle santé dépend de vos habitudes en matière de dépenses de santé. Si vous êtes plutôt kiné, vous serez remboursé par le régime obligatoire et par votre mutuelle santé. Si vous êtes plutôt ostéopathe, sachez que l'Assurance Maladie ne reconnaît pas les médecines douces.

Les conditions du contrat

Si toutes les mutuelles santé ne sont pas proposées au même prix, cela s'explique également par des conditions qui varient d'un contrat d'assurance à l'autre. Par exemple, un délai de carence est souvent pratiqué pour les dépenses lourdes afin d'éviter l'effet d'aubaine. Aussi, pour l'hospitalisation, les lunettes ou encore les prothèses dentaires, il est possible qu'aucune prise en charge ne soit assurée durant les premiers mois du contrat. Cela va varier selon les assurances et les formules d'assurance.


Autre point important : le montant de la prise en charge. Des plafonds de remboursement peuvent être appliqués, c'est le cas typiquement de la médecine douce. Tandis qu'une complémentaire santé va vous proposer 4 séances par an à 50 €, une mutuelle moins chère vous remboursera 3 séances à 30 €. De même, nous avons évoqué les dépassements d'honoraires. Tandis que certains contrats permettent une prise en charge à 150 %, d'autres vous remboursent jusqu'à 300 %, voire 400 % de la base de remboursement de la Sécurité sociale.

Songez enfin au tiers-payant qui permet d'éviter une avance de frais pénalisante, mais qui peut impacter le prix de la mutuelle complémentaire.

Le lieu d'habitation

Tous les Français ne paient pas le même prix de mutuelle à profil égal. À Paris et dans le sud de la France du côté de Marseille, par exemple, il est reconnu que les professionnels de santé pratiquent plus fréquemment des dépassements d'honoraires.

Sachant que seule la mutuelle santé les rembourse, cela va nécessairement impacter le montant de la cotisation.

Comment réduire le coût de votre mutuelle santé ?

Pour réduire le coût de l‘assurance santé, le comparateur s'impose. Que vous soyez senior ou étudiant, dès lors que vous n'êtes pas contraint de souscrire une mutuelle d'entreprise, nous vous conseillons de faire un comparatif pour trouver la meilleure couverture santé au meilleur prix.

Comparez avant toute souscription pour respecter votre budget tout en bénéficiant d'une bonne mutuelle. Choisissez les meilleurs contrats proposés par votre comparateur de mutuelles et demandez à obtenir un devis précis pour étudier chaque garantie dans le détail.