Assurance dépendance : bien choisir son contrat
un service de meilleurtaux.com

Assurance dépendance : bien choisir son contrat

De nouveaux contrats d'assurance fleurissent depuis quelques années et permettent de faire face financièrement à une perte d'autonomie. Comment fonctionnent-t-ils? A quel âge souscrire et comment choisir son contrat d'assurance dépendance?

Des assurances dépendances permettent d'assumer financièrement une perte d'autonomie

Qu'est-ce qu'une assurance dépendance ?

Les EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont très coûteux, et les assureurs, conscients de ce problème, proposent de plus en plus la souscription d'un contrat d'assurance dépendance. Ces contrats, pouvant à la fois couvrir un risque de dépendance totale et partielle, sont assez peu connus du grand public et ont longtemps été critiqués pour leur opacité.

Chaque mois, vous versez une cotisation, dont le montant est fixé lors de la souscription du contrat, à votre assureur. Celui-ci, en échange, lorsque vous serez en situation de dépendance, vous versera une rente mensuelle exonérée d'impôt. De plus, vous disposez également d'un capital installation, dont le but est de couvrir les premiers frais nécessaires à la réorganisation de votre espace intérieur, et qui correspond à plusieurs rentes successives (par exemple, le capital correspond à six mois de rentes dans le contrat Senassur proposé par April). La souscription est en général possible de 50 à 75 ans.

Le montant de l'indemnisation varie selon :

  • le montant des cotisations,
  • la rente que l'assuré souhaite obtenir,
  • le nombre d'années pendant lequel l'assuré a cotisé avant d'activer son contrat,
  • et le niveau de dépendance (totale ou partielle).

Sachez que cette formule d'assurance dépendance est une assurance à fonds perdus. En d'autres termes, si à la fin de votre vie vous n'avez pas subi la perte de votre autonomie, les fonds investis sont perdus. Ils ne seront pas remis à l'assuré ou à ses héritiers mais acquis à l'assureur.

Si vous souhaitez éviter ce phénomène de « perte », vous pourrez opter pour des formules mixtes, qui auront vocation à vous restituer le capital à partir d'un certain âge si vous n'êtes pas entré en dépendance. Mais sachant que l'assureur doit prévoir la faculté de vous rendre l'argent, il devra forcément vous faire payer plus cher pour les mêmes garanties dépendance. C'est comme si vous choisissiez une garantie supplémentaire.

Favorisez une souscription dès 60 ans

«Souscrire vers 60 ans est une bonne option » constate Ali Jana, directeur du développement prévoyance chez Aviva. « Mais ne tardez pas trop car la dépendance peut survenir plus tôt qu'on ne le pense. En outre, une souscription tardive peut impliquer un état de santé aggravé lors de la demande et, finalement, se traduire par un refus d'assurance ou l'application d'une forte surprime ».

Sachez également que le montant de vos cotisations va conditionner le montant de votre rente. Par exemple, avec le contrat Vers l'Autonomie du Crédit Agricole, à 60 ans, comptez une rente de 500 euros pour une cotisation mensuelle de 56 euros et une rente de 1000 euros pour une cotisation mensuelle de 97 euros. A 70 ans, le montant des cotisations sera respectivement de 89 et 156 euros.

De nombreux contrats couvrant la dépendance totale et partielle existent mais ils sont généralement deux fois plus chers que ceux couvrant uniquement la dépendance totale.

De plus, n'hésitez pas à opter pour un contrat très protecteur. En effet, deux tiers des Français victimes de perte d'autonomie ne le sont que partiellement. Si vous êtes déclarés en dépendance partielle alors que vous avez souscrit un contrat dépendance totale, vous ne serez pas indemnisés.

Les points à contrôler

Avant de souscrire, prenez connaissance des modalités de souscription. Certains contrats d'assurance dépendance appliquent des délais de carence allant jusqu'à 3 ans. Le délai de carence est la durée imposée par l'assureur avant la prise d'effet du contrat. Dans ce cas, si vous êtes dépendant dans les 3 années qui suivent votre souscription, vous ne bénéficierez d'aucune indemnisation.

Faites également attention au type de dépendance garantie : serez-vous assuré pour une dépendance partielle ou totale ou les deux ? Si oui, est-ce que ces deux états de dépendance entraîneront le versement des mêmes prestations ?

Enfin, recherchez quel médecin examine le degré de la dépendance. En fonction des contrats, il peut s'agir de votre médecin, d'un médecin indépendant ou d'un médecin mandaté par la compagnie d'assurance.