Une prévoyance pour assurer votre avenir

L'assurance décès, malgré son nom, peut aussi être un contrat de prévoyance qui permet de mieux anticiper financièrement les accidents de la vie. Aussi, des options peuvent être souscrites pour bénéficier des garanties suivantes :

  • perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA) ;
  • invalidité permanente totale (IPT) ;
  • invalidité permanente partielle (IPP) ;
  • incapacité temporaire de travail (ITT).

Vous pouvez alors espérer le versement d'un capital ou d'indemnités journalières pour compenser votre incapacité à percevoir des revenus.

Un capital pour assurer votre succession

L'assurance décès est aussi et surtout un contrat qui permet de protéger vos proches des conséquences financières de votre décès. En cas de décès prématuré, notamment si vous perceviez le revenu le plus important, le niveau de vie de vos proches est impacté et s'ajoute à la peine des difficultés financières. Vous pouvez ainsi choisir de protéger votre famille via :

  • le versement d'un capital décès en une fois pour votre conjoint, par exemple ;
  • le versement d'une rente pour votre conjoint afin de compléter chaque mois ses revenus ;
  • le versement d'une rente éducation pour permettre à vos enfants de continuer leurs études.

Les frais de succession pour un capital décès

  • Pour les cotisations avant les 70 ans du souscripteur, seule la prime versée la dernière année est imposable. Elle bénéficie toutefois d'un abattement de 152 500 € par bénéficiaire. Elle est imposée à hauteur de 20 % jusqu'à 700 000 € et à 31,25 % pour les montants supérieurs.
  • Pour les primes versées après 70 ans, elles intègrent la succession et sont, à ce titre, soumises aux droits de succession après abattement de 30 500 €.
  • Les primes versées au conjoint ou partenaire de pacs sont exonérées.

Les différentes assurances décès

Il existe différentes solutions d'assurance décès pour assurer votre succession et préserver vos bénéficiaires désignés :

  • l'assurance décès classique : elle vous couvre en cas de décès à la suite d'une maladie ou un accident ;
  • l'assurance décès toutes causes : cette fois, le décès peut être causé par d'autres événements tels que le suicide (avec toutefois une carence généralement d'un an). Lisez bien les termes du contrat, la notion de « toutes causes » reste limitée et soumise à diverses exclusions ;
  • l'assurance décès temporaire : il s'agit de ce que l'on nomme une assurance à fonds perdu. En clair, si le risque (le décès) ne se réalise pas, le capital n'est jamais versé. Vous pouvez, par exemple, déterminer que votre contrat s'achève à 75 ans. Si vous êtes toujours vivant après cet âge, le contrat est rompu ;
  • l'assurance décès vie entière : cette fois, on parle de capital garanti. Quel que soit l'âge de votre décès, vos proches perçoivent bel et bien le capital souscrit.

Quand souscrire une assurance décès ?

Les primes avant 70 ans permettant de bénéficier d'une succession plus favorable sur le plan fiscal, il est préférable de commencer à cotiser plus tôt. En outre, l'objectif étant de constituer le capital le plus important possible pour vos proches, il est intéressant de souscrire un contrat d'assurance décès le plus tôt possible pour cotiser plus longtemps et ainsi réduire le montant des cotisations.


Souscrire plus jeune permet aussi de mieux protéger vos proches en cas de décès prématuré.

Le prix de l'assurance décès ?

Le montant des cotisations de cette prévoyance est déterminé selon différents facteurs par la compagnie d'assurances :

  • l'âge du souscripteur : les cotisations seront plus élevées si vous commencez à verser des primes tardivement ;
  • votre état de santé : un questionnaire de santé permet à l'assureur de déterminer le risque de décès prématuré. Si votre questionnaire médical fait apparaître des problèmes de santé, la cotisation sera plus élevée ;
  • le montant du capital que vous souhaitez verser à vos proches ;
  • la nature des garanties (décès seul ou invalidité) ;
  • le type d'assurance décès (classique ou toutes causes, temporaire ou vie entière).

Comment souscrire une assurance décès ?

Vous pouvez souscrire simplement auprès de votre assureur habituel pour bénéficier de cette prévoyance.

Vous pouvez aussi utiliser notre comparateur d'assurances qui permet d'obtenir les offres de différents assureurs et, ainsi, de trouver celui qui offre les meilleures conditions. Vous pouvez faire une simulation gratuite en déterminant le capital que vous souhaitez assurer. Ensuite, vous pourrez obtenir un devis plus précis lorsque vous aurez rempli votre questionnaire de santé.

Quelle différence avec l'assurance obsèques et l'assurance-vie ?

Différents contrats peuvent être souscrits pour préserver vos proches en cas de décès. Ils offrent tous des conditions différentes et sont parfaitement complémentaires.


L'assurance obsèques est un contrat spécifique dans la mesure où il ne permet de financer que les frais d'obsèques. Le capital est versé à l'entreprise de pompes funèbres, il ne peut être utilisé librement.

L'assurance-vie est un contrat qui, comme l'assurance décès, permet d'optimiser votre succession et de verser un capital en cas de décès. Toutefois, ce contrat est différent dans la mesure où l'argent est disponible. Vous pouvez retirer à tout moment l'argent de votre contrat, totalement ou en partie, si vous avez besoin de faire face à un imprévu ou de concrétiser un projet.