En quoi consiste une assurance décès ?

Avant toute chose, il est nécessaire de bien comprendre ce qu'est l'assurance décès et de ne pas la confondre avec d'autres assurances semblant assez similaires.

L'objectif de l'assurance décès est de vous prémunir contre un risque : le décès. La compagnie d'assurances vient verser le capital constitué aux bénéficiaires désignés au contrat d'assurance. Il est alors versé sous forme de capital, de rente viagère ou de rente éducation.

L'objectif est de prémunir vos proches des conséquences financières de votre décès. Cela peut s'avérer indispensable si vous avez dans votre couple les revenus les plus élevés. Le versement d'un capital peut aider à conserver un niveau de vie correct.


Elle se différencie d'autres garanties liées à votre décès. Si ces assurances ne couvrent pas le même risque, chacune peut s'avérer utile à sa manière, il est tout à fait possible de souscrire les 3 conjointement.

La différence avec l'assurance emprunteur

Lorsque l'on évoque l'assurance décès, on pense aussi au crédit immobilier qui impose de souscrire une assurance de prêt incluant la garantie décès, mais aussi les garanties suivantes : perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA), invalidité permanente totale (IPT), invalidité permanente partielle (IPP), incapacité temporaire de travail (ITT).

Cette assurance couvre uniquement le capital restant dû de votre crédit immobilier. Vos proches ne bénéficient d'aucune somme à votre décès, l'assurance rembourse simplement la banque prêteuse.

La différence avec l'assurance obsèques

La garantie obsèques est une autre solution de prévoyance. Cette fois, vous souscrivez un contrat qui permet à vos proches de payer les frais d'obsèques à l'entreprise de pompes funèbres. Le capital garanti de votre contrat d'assurance ne peut être dédié à une autre dépense que celle de l'organisation des obsèques.

Les inconvénients de l'assurance décès

L'assurance décès se présente sous différentes formes, certaines offrant moins d'avantages que d'autres. Faisons un point pour comprendre quelle solution est la mieux adaptée à votre profil.


L'assurance décès classique

L'assurance décès traditionnelle est effectivement assez limitée. Il est plus probable que le bénéficiaire désigné ne perçoive jamais le capital constitué par le souscripteur. Le capital est versé uniquement à la suite d'un décès accidentel ou une maladie.

L'assurance décès toutes causes

Plus complète, elle permet d'espérer un versement du capital même en cas de mort naturelle ou de suicide. Attention, toutefois, le suicide fait l'objet d'un délai de carence de 12 mois. Aussi, si le souscripteur se suicide dans l'année qui suit la souscription d'un contrat d'assurance décès, le capital n'est pas versé.

L'assurance décès temporaire

Il s'agit d'une assurance à fonds perdu. C'est le plus grand inconvénient de cette formule. Vous cotisez durant 10, 20 ou 30 ans selon l'âge de souscription de l'assurance décès. Ce contrat est limité dans le temps. Par exemple, il peut stipuler que le risque (le décès) est assuré jusqu'à 80 ans. Si vous décédez après cet âge, le capital ne sera pas versé et les primes ne seront pas récupérées. En clair, vous aurez cotisé pour rien. C'est un véritable inconvénient dans la mesure où l'espérance de vie des Français est de plus en plus longue, il y a, là encore, de fortes chances que le capital ne soit jamais versé.


L'assurance décès vie entière

Cette fois, il ne s'agit plus d'une assurance à fonds perdu. Vous cotisez pour un capital garanti. Quel que soit l'âge de votre décès, le capital est versé au bénéficiaire de l'assurance. Toutefois, ce contrat présente un inconvénient lui aussi : il est plus cher.

Les avantages de l'assurance décès

Si elle présente des inconvénients selon la formule choisie, l'assurance décès reste une solution à envisager malgré tout. En effet, elle offre des avantages à prendre en considération :

  • vous déterminez le montant du capital qui sera versé au conjoint survivant, à votre enfant à charge, etc. Vous pouvez le définir selon le besoin estimé en cas de décès prématuré ;
  • vous êtes libre dans la désignation du bénéficiaire. Vous pouvez inscrire au contrat un ou plusieurs bénéficiaires qui seront la plupart du temps des personnes de votre famille. Toutefois, le bénéficiaire d'une assurance décès peut aussi être étranger à la famille si vous souhaitez verser un capital à une personne qui vous est chère ;
  • vous choisissez la manière dont sera versé le montant du capital décès : capital versé en une fois au moment de votre décès ou sous forme de rente pour augmenter les revenus mensuels des bénéficiaires du capital décès ;
  • une fiscalité avantageuse : contrairement à l'assurance-vie, les cotisations de l'assurance décès ne sont pas soumises aux prélèvements sociaux. D'autre part, le capital décès n'est pas soumis aux droits de succession. Lorsque le bénéficiaire d'un contrat d'assurance décès est le conjoint ou partenaire de Pacs, le capital n'est pas imposé. C'est le cas également pour les parents directs sous certaines conditions. De plus, des abattements sont appliqués selon l'âge de versement des cotisations.

Comment trouver le meilleur contrat d'assurance décès ?

Tous les contrats d'assurance décès ne se valent pas. Vous devez, en premier lieu, trouver le contrat offrant le meilleur capital en cas de décès. Vous devez aussi être certain que ce contrat de prévoyance viendra effectivement accompagner votre concubin ou tout autre bénéficiaire par le versement d'une rente ou d'un capital. Il semble donc préférable de souscrire une assurance décès vie entière et toutes causes.

Avant de souscrire une assurance décès, comparez bien les offres des différents assureurs. L'objectif est de trouver une assurance temporaire décès ou une assurance vie entière capable de vous proposer un capital suffisant pour vos bénéficiaires tout en fixant une cotisation adaptée à votre budget.

Si vous rencontrez des problèmes de santé, tentez de trouver un contrat d'assurance qui n'impose pas de questionnaire médical.