De faux taux d'intérêts

Le quotidien LeParisien relate aujourd'hui des faits qui étonneront plus d'un emprunteur immobilier. Selon des experts, les crédits immobiliers des banques seraient plus d'une fois sur deux basés sur de faux taux d'intérêts qui peuvent être poursuivis en justice.

Les chiffres du jour viennent d'un cabinet privé, les Expertiseurs du crédit, et mettent en lumière la multiplication des erreurs au niveau du calcul du TAEG (Taux Annualisé Effectif Global). Attention cependant à ne pas croire qu'il est possible d'obtenir des milliers d'euros facilement car plusieurs éléments sont à respecter. Cinq années doivent s'écouler après la signature du contrat ou encore le mauvais calcul doit dépasser au moins un dixième de point.

Si la faute est reconnue, l'emprunteur continuera de rembourser son prêt mais son taux tombera au taux légal en vigueur au moment de la signature. Il devient intéressant de se pencher sur cette affaire pour les souscriptions faites depuis 2010 où le taux était descendu à 0,65% et jusqu'à 0,04% cette année.