Depuis 1999, l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a observé puis analysé la prescription d'antibiotiques par les vétérinaires et leurs effets sur la santé animale. L'ANSES a mis à jour un certain nombre de corrélations entre différentes réactions suscitant une inquiétude sur laquelle l'attention se doit être continue.

En 2012, le volume total des ventes d'antibiotiques s'étend à 782 tonnes. Il s'agit là du tonnage le plus bas découvert depuis le début de l'étude, corroborant la diminution des volumes de ventes observée depuis les années précédentes, soit - 41,2 % depuis 1999.

Deux laboratoires de l'ANSES ont eu pour objectif de suivre les tendances d'évolution de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries animales. Ainsi l'analyse des données a révélé une diminution des résistances. La principale bactérie isolée est l'Escherichia coli, qui représente 25 à 35 % des souches chez les chats, mais aussi l'E. Coli qui ne vient qu'en deuxième position derrière les staphylocoques à coagulase positive chez les chiens, et derrière les streptocoques chez les chevaux. La très grande majorité des effets indésirables formulés en 2012 concernent les carnivores domestiques, avec 82 % des déclarations pour les chiens et les chats. Chez les carnivores domestiques, la classe thérapeutique la plus souvent mentionnée est celle des antiparasitaires : 43 % chez les chiens et 47 % chez les chats (en dehors de la perméthrine).