La Sécu veut récompenser les médecins délivrant moins d’arrêts de travail
un service de meilleurtaux.com

La Sécu veut récompenser les médecins délivrant moins d’arrêts de travail

Rémunération des médecins délivrant moins d'arrêts de travail

La Sécurité sociale chercherait à réduire le nombre d'arrêts de travail contre rémunération des médecins, voilà ce qui est ressorti de la réunion des syndicats de praticiens de ce jeudi 28 avril à la Caisse Nationale d'Assurance Maladie, qui avait pour thème les négociations de la nouvelle convention médicale.

L'objectif, pour la Sécurité sociale, est de stopper la hausse des dépenses liées aux arrêts maladies. Dans ce but elle a présenté une série de critères que devront suivre les médecins pour prescrire un arrêt maladie. Par exemple, les praticiens sont invités à prescrire 3 jours d'arrêt en cas d'angine, 5 jours pour une grippe et 21 pour une entorse grave.


Un malus en cas de non-respect des critères

Comme pour le tiers payant, ces critères seront inclus dans la ROSP (rémunération sur objectifs de santé publique), qui verse chaque année une prime aux médecins afin d'améliorer la pratique de ces derniers. En 2015, par exemple, 4 500 euros ont ainsi été versés à environ 90 000 médecins. La proposition de l'Assurance Maladie prévoit la mise en place d'un « malus » dans le cas où les critères ne seraient pas respectés, une nouveauté car il n'y avait jusqu'à aujourd'hui aucune pénalité encourue.

La mesure ne fait évidemment pas l'unanimité chez les syndicats. Le président de la Fédération des Médecins de France a d'ailleurs déclaré : « Il faut arrêter de nous infantiliser. » La nouvelle convention médicale, qui devra être signée avant la fin de l'été, fixera pour cinq ans les honoraires et les relations entre les praticiens libéraux et la Sécurité sociale.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)