Contrefaçon des médicaments sur internet

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, 1 médicament sur 2 vendu sur internet est une contrefaçon, et plus généralement, 1 sur 10 vendu dans le monde est un faux.

La semaine dernière, une importante saisie de médicaments de contrefaçon en provenance de Chine avait été réalisée au Havre par les douanes. La plus grande saisie de médicaments jamais réalisée en France, avec quelque 1,2 million de sachets d'aspirine. Chaque année, ce sont 27 millions de boîtes de médicaments qui sont interceptées, plaçant ce produit en tête des contrefaçons les plus saisies aux frontières européennes, ce qui représente 25 % des marchandises.


Alors que la vente des médicaments sur internet tend à se développer, une enquête du laboratoire Pfizer réalisée en 2012 parlait de 50 à 90 % de « faux médicaments » sur internet. Aujourd'hui, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), sans aller aussi loin, parle d'un médicament sur deux qui serait une contrefaçon.

Par ailleurs, les entreprises du médicament (LEEM) ont tenu à rappeler les risques encourus à l'achat de médicaments sur internet. Outre le fait que leur utilisation pourrait être inefficace, un risque de toxicité existe bel et bien, lié aux conditions d'hygiène dans lesquels ils ont été fabriqués. Parmi les contrefaits, on trouve des médicaments contre l'obésité ou l'impuissance, mais aussi contre les maladies cardio-vasculaires ou les cancers.

Dans un communiqué, le LEEM déclare que « La réglementation récente de la vente de médicaments à distance en France doit [...] être accompagnée de mesures fortes en termes de contrôle de cette activité et de sécurisation de ce nouveau mode ».