La télémédecine : c'est pour bientôt ?
un service de meilleurtaux.com

La télémédecine : c'est pour bientôt ?

L'E-santé en France

Pourquoi la France a-t-elle du mal à faire entrer son système de santé dans l'ère du numérique ?

D'après Yannick Motel, délégué général du syndicat professionnel Lesiss (Les entreprises des systèmes d'information sanitaires et sociaux), la France aurait pourtant « tous les atouts technologiques pour se placer en bonne position dans le concert mondial. ». Aujourd'hui, elle se trouve toutefois au bas du tableau puisque, en 2011, la Commission européenne l'avait classée avant-dernière en terme de disponibilité de système d'archivage numérique d'images médicales et 16ème pour le déploiement de la télémédecine dans les hôpitaux.

Quels avantages la France aurait-elle à développer les technologies numériques ?

Investir dans les nouvelles technologies permettrait de prévenir certaines pathologies et de soigner plus efficacement. Par exemple, des appareils plus perfectionnés pourraient mesurer le rythme cardiaque, la tension ou la glycémie grâce à des petits capteurs. Ainsi, toute activité anormale serait directement transmise au médecin traitant par l'intermédiaire d'applications mobiles.


Mais ce n'est pas tout ! Le traitement et le suivi à distance des patients souffrant de maladies chroniques s'en trouveraient facilités, tout comme la surveillance des personnes âgées à domicile. La télémédecine permettrait aussi aux médecins de transmettre les dossiers de certains patients à des spécialistes situés n'importe où dans le monde.

Mais alors, pourquoi ces technologies ne progressent-elles pas ?

Tout d'abord parce que la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) est totalement hostile à l'installation de la télémédecine. La Cnam craint de creuser encore plus le déficit de la Sécu en permettant aux patients de cumuler visites traditionnelles et consultations à distance. Deuxième raison : pour les médecins, la télémédecine ne donne pas lieu à une rémunération. Mais cela pourrait changer. C'est ce qu'observe le Dr Christine Boutet-Rixe, directrice médicale du Groupement de coopération sanitaire e-santé de Picardie : « Cette année, la loi de financement de la Sécurité sociale aborde pour la première fois la rémunération des actes. Certaines régions vont pouvoir expérimenter des nouveaux modes de rémunérations. »

Mais la difficulté réside en ce que l'e-santé souffre de l'absence de modèles économiques fiables. Les sociétés tentant de mettre en place les équipements ont donc du mal à passer la phase de test. La nouvelle loi sur le financement de la Sécurité sociale fera-t-elle avancer les choses dans les années à venir ? Affaire à suivre…

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (686 avis clients sur Avis-Vérifiés)