Objets connectés : quels sont les nouveaux enjeux pour l’assurance ?
un service de meilleurtaux.com

Objets connectés : quels sont les nouveaux enjeux pour l’assurance ?

Les objets connectés ont apporté de nouveaux risques, mais également amené des bouleversements juridiques et réglementaires. Un rassemblement des référents de l’assurance est même prévu pour trouver les solutions adéquates.

enjeux assurance objets connectés

30 millions d'objets connectés d'ici 3 ans

Depuis plusieurs années, les objets connectés font couler beaucoup d'encre, sans pour autant bénéficier d'une présence importante dans notre quotidien. Cependant, plusieurs études s'accordent pour dire qu'à l'horizon 2020, 30 millions d'objets connectés seront présents dans les foyers français.

Pour préparer leur arrivée, des régulateurs comme le Parlement Européen travaillent sur ces questions. Il a notamment adopté, il y a quelques mois, le rapport d'initiative sur la robotique. La CNIL (Commission Nationale d'Informatique et Liberté) va appliquer, en mai 2018, le règlement européen sur ces objets connectés. Tous ces changements impactent bien sûr la réglementation en assurance.


Les nouveaux enjeux en assurance

Il y a trois secteurs où les objets connectés sont déjà très présents, et les assurances se sont donc penchées sur ces produits :

  • la santé : il y a notamment les bracelets capables de mesurer l'état de santé de son porteur et de l'inciter à avoir un meilleur comportement (activité physique, alimentation…) ;
  • l'habitation : les objets connectés peuvent alerter en cas de vol, fuite ou encore court-circuit ;
  • l'automobile : il s'agit du premier marché des objets connectés, avec une technologie capable d'analyser le style de conduite de l'assuré.

« Les big data produites par les objets connectés vont permettre d'individualiser l'offre mais ça ne remet pas en cause la mutualisation. Si on prend le cas de l'assurance conducteur Pay how you drive , même s'il se comporte bien sur la route, il reste confronté à des risques extérieurs, dus aux autres conducteurs ou à la météo » avance Jean-Baptiste Mounier, porte-parole d'Axa.

Les assureurs inquiets

Les assureurs craignent une « ubérisation » de l'assurance. En effet, les objets connectés permettent d'avoir plus de données sur un assuré, il est donc plus facile de lui proposer un contrat d'assurance adapté à ses besoins. « Si chaque constructeur lance sa propre assurance, ça pourrait être la fin de l'assurance auto, sauf pour les mauvais conducteurs » déclare Patrick Faure, expert IoT et assurance chez Sopra Steria.

Afin d'anticiper et d'appréhender ces défis, les assureurs traditionnels sont invités par l'Argus de l'assurance à en discuter au cours de la Matinale des Objets Connectés et Nouveaux Risques, qui aura lieu le 22 juin prochain. Il sera question de responsabilité civile pour les objets connectés, de la construction d'une offre dans le contexte juridique actuel et de discussions autour « de l'essor annoncé du marché de la cyber-assurance pour les TPE et PME ».

Les assureurs se penchent également directement sur l'assurance de ces nouveaux objets, en proposant des assurances affinitaires de plus en plus adaptées, afin de se prémunir d'éventuels risques.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)