Action en justice et devoir de conseil : quel est le point de départ de la prescription ?
un service de meilleurtaux.com

Action en justice et devoir de conseil : quel est le point de départ de la prescription ?

L’assureur est tenu d’une obligation d’information et de conseil envers tout souscripteur sur le contrat et l’adéquation des garanties à sa situation. En cas de manquement à cette obligation, il engage sa responsabilité et l’assuré dispose d’un délai de deux ans pour exercer toute action découlant du contrat. Dans un arrêt du 18 mai 2017, s’est posée la question du point de départ du délai de prescription.

devoir de conseil et point de départ du délai de prescription

Un défaut d'information et de conseil sur la garantie souscrite

En l'espèce, une société adhère à un contrat d'assurance collectif souscrit par une association auprès d'une compagnie d'assurance. L'objet du contrat d'assurance porte sur la couverture des risques de santé de son dirigeant. Après un accident vasculaire cérébral, ce dernier demande la mise en œuvre de la garantie couvrant l'invalidité permanente totale.

La compagnie d'assurance refuse au dirigeant le bénéfice de la garantie souscrite au motif que celle-ci est conditionnée à la reconnaissance d'un taux d'invalidité fonctionnelle égal à 100% tandis que suite à son AVC, le dirigeant avait été évalué par un expert à une invalidité égale à 80%.


Suite au décès du dirigeant assuré, ses ayants droits assignent l'association et l'assureur afin qu'ils soient condamnés solidairement suite à des manquements à l'obligation d'information et de conseil de l'agent général sur l'étendue des garanties au moment de la souscription du contrat d'assurance.

La Cour d'appel déclare l'action des ayant droits prescrite et ils se pourvoient alors en cassation.

Point de départ de la prescription : le refus de la garantie par l'assureur

Dans un arrêt du 18 mai 2017 (n°16-17.754), la deuxième Chambre civile de la Cour de Cassation annule la décision d'appel. Elle estime que l'action en responsabilité des ayants droits découlant d'un manquement à une obligation de conseil n'est pas prescrite.

A cet effet, elle détermine le point de départ du délai de prescription : « le dommage résultant d'un manquement au devoir de conseil dû à l'assuré sur l'adéquation de la garantie souscrite à ses besoins se réalise au moment du refus de garantie opposé par l'assureur, la cour d'appel a violé le texte susvisé. »

Le point de départ du délai de prescription est toujours source d'un contentieux important. L'article L.114-1 du Code des assurances prévoit que le délai de prescription commence à courir à compter de la survenance du dommage ou de sa connaissance par l'assuré. La Cour d'appel avait alors conclu que la prescription avait commencé à courir à la date de la conclusion du contrat.

La Haute juridiction vient ici préciser quel est ce point de départ en ce qui concerne l'action en responsabilité pour manquement à une obligation de conseil et d'information.

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (515 avis clients sur Avis-Vérifiés)