Pour 2022, la marge opérationnelle briguée par Renault sera de 4 % minimum. Pour ce faire, le constructeur automobile table sur 3 grands chantiers. Avant tout, le groupe souhaite lancer le segment C des automobiles familiales. Il projette également de développer la division Mobilize. Enfin, il espère détacher les activités électriques de celles relatives aux voitures hybrides et thermiques.

Renault est prêt pour de nouveaux défis cette année. L'objectif du nouveau Président Directeur Général est de permettre à la marque au Losange de retrouver son lustre d'antan. Durant l'annonce des résultats pour 2021, le constructeur au Losange a révélé 3 grands objectifs.

La sortie de la Mégane électrique, du Dacia Jogger et Renault Austral constitue le premier pilier du plan de relance. La seconde colonne concerne la partie technologie. La dernière phase se rapporte à la mise en application des services de la section Mobilize. Pour Luca de Meo, Renault possède les compétences et les ressources requises pour s'imposer dans l'industrie du motorisé.


Renault accroît sa notoriété dans l'industrie automobile

Proposer des services de mobilités (location, partage de véhicules) constitue l'un des chantiers majeurs incombant à Renault pour 2022 . Clotilde Delbos a été désigné pour diriger la filiale Mobilize depuis 2021. L'ancienne directrice financière du groupe espère ainsi augmenter les recettes de 20 % d'ici 2030.

D'autre part, Luca de Meo, directeur de Renault, compte sur le lancement des véhicules familiaux du segment C pour accroître les ventes. Il comprend la Mégane électrique E-Tech, le Renault Austral et le Dacia Jogger.

Aussi, pour booster la croissance économique de l'entreprise, Luca de Meo envisage de séparer en deux sections distinctives :

  • • Les activités relatives à la technologie (logicielles et électriques) en France ; 
  • • Les activités attachées aux versions hybrides et thermiques hors de l'Hexagone.

Pour le PDG de Renault, l'objectif est simple :

(…) Il s'agit de mieux affronter les changements de l'industrie automobile.

Toutefois, avant de prendre le volant, tout propriétaire de véhicule a l'obligation de souscrire une assurance au tiers. Généralement, les coûts appliqués pour une assurance auto hybride sont moins élevés que ceux des couvertures classiques.

Les grandes nouveautés prévues d'ici 2025

Renault projette plusieurs améliorations d'ici 2025. Ces changements sont répartis en différentes phases. Au cours d'une journée de présentation dédiée aux investisseurs, Luca de Meo projettera ses visées à moyen terme. Elle est prévue pour l'automne prochain.

Également, cette année sera axée sur la mise sur le marché de l'E-vision, la Mégane entièrement électrique de Renault. Elle se distingue par une haute autonomie. La voiture peut alors rouler sur 450 km avant d'avoir besoin d'être rechargée.

Entre 2023 et 2025, de nouvelles voitures feront leur apparition. Le PDG de Renault espère ainsi une forte rentabilité grâce à l'avènement des futurs modèles. En effet, le groupe prévoit de lancer 24 véhicules à l'horizon 2025.

Pour ceux qui préfèrent la mobilité partagée, la version électrique du quadricycle EZ-1 est un choix judicieux. Son arrivée est prévue pour 2023. Enfin, en 2025, Renault présentera son nouveau crossover Dacia Bigster.