Alors que les voitures électriques ne commencent qu’à se démocratiser dans le monde, certains constructeurs misent déjà sur des automobiles propres volantes. Tel est le cas de la société Alauda, qui espère pouvoir un jour commercialiser sa voiture de course d’un nouveau genre. Où en est-elle actuellement avec son projet ?

Comme de nombreux acteurs du secteur de l'automobile, un startuper australien a décidé de fabriquer une voiture capable de prendre la voie des airs. Par le biais d'Alauda, Matt Pearson est en phase de mettre au point un véhicule électrique volant appelé Airspeeder.

La jeune pousse ambitionne d'organiser, pour cette année, un championnat dédié aux voitures de course dotées de système d'élévation magnétique. Tous les constructeurs seront autorisés à y participer. L'entrepreneur estime que la concurrence constitue le meilleur moyen de perfectionner la technologie LIDAR.

Les compagnies d'assurance auto qui se spécialisent dans la couverture des voitures de compétition en proposeront-elles pour les véhicules de course volants ?

Les performances des Airspeeder de la start-up sont-elles adaptées aux circuits ?

Lors du festival de Goodwood 2019, Alauda a présenté un prototype de l'Airspeeder. L'ouverture au marché mondial a-t-elle été amorcée ? L'organisation d'une ligue de course débouchera-t-elle sur la conclusion de contrats ? Andrea Gardiner, la cofondatrice de Jelix Ventures (qui compte parmi les bailleurs de fonds de la start-up australienne), se réjouit en tout cas de l'avancement du projet.


Dans le détail, l'Airspeeder est animé par quatre moteurs électriques d'une puissance de 32,6 chevaux. Chacun d'entre eux comprend deux paires de pales mesurant 81,3 centimètres. La batterie procure une autonomie pouvant aller jusqu'à une quinzaine de minutes. Durant une course, elle se remplace en un rien de temps.

Le véhicule est capable de se mouvoir à une vitesse approximative de 200 kilomètres par heure pour un poids de 250 kilogrammes environ. En outre, il peut voler jusqu'à 40 mètres au-dessus du sol.

Le projet de la jeune pousse australienne évolue progressivement

De nombreuses firmes affichent un certain intérêt pour la voiture volante, d'autant plus que ce marché pourrait totaliser à 1 500 milliards de dollars d'ici 2035, selon certains spécialistes. C'est la raison pour laquelle Alauda est parvenue à collecter des fonds pour la réalisation de son projet.

Aucune autre précision n'a été apportée sur la somme à sept chiffres réunie. Outre l'entreprise de capital-risque australienne Jelix Ventures, certaines sociétés telles qu'EQUALS et DHL y ont pris part.

Les tests habités sur les Airspeeder (longs de 4 mètres et larges de 3,4 mètres) sont supposés être réalisés cette année. Cependant, ils ont été reportés en raison de l'actuelle urgence sanitaire provoquée par les vagues de contamination au nouveau coronavirus. En attendant, la jeune pousse effectue actuellement des tests non habités sur ses véhicules équipés de capteurs anti- collisions.