Les constructeurs automobiles locaux seront des acteurs majeurs de la transition écologique en Allemagne. Afin de se conformer aux recommandations et obligations relatives à ce domaine émises par la Commission Européenne, le gouvernement allemand a décidé d’accélérer le passage aux véhicules 100 % électriques au cours des dix prochaines années. Par contre, aucune mesure claire n’a été prise concernant les hybrides et les carburants alternatifs.

50 % de voitures électrifiées l'an prochain

D'après Matthias Schmidt, un consultant spécialisé dans l'automobile,

Les grands constructeurs (Mercedes, Volkswagen, BMW, etc.) ont de quoi se réjouir de la nomination de Volker Wissing, un libéral du FDP, à la direction du ministère des Transports en Allemagne. Avec la collaboration permise par le gouvernement de coalition qui sera bientôt en place, ils pourront poursuivre leurs plans d'électrification en toute sérénité.

Selon les précisions d'Ola Källenius, le dirigeant de Daimler,

Le nouveau gouvernement se fixe comme objectif de produire 15 millions de voitures électriques, 1 million de bornes de recharge et 80 % d'énergie renouvelable en 2030.

Pour cela,

Une voiture sur deux nouvellement immatriculée devra être entièrement électrique dès 2022, estime Hildegard Müller, la présidente de la fédération automobile, la VDA.

L'enjeu est de taille pour l'Allemagne qui compte aujourd'hui 517 000 véhicules électriques sur les 48,5 millions en circulation. Heureusement, le marché de l'électrique est en plein boom en ce moment. Et en parallèle, celui de l'assurance auto pour les modèles écologiques aussi.


Quid des hybrides et carburants alternatifs ?

Si les objectifs du nouveau gouvernement sont clairement affichés, les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre restent encore flous.

La prime actuelle qui soutient l'achat d'une voiture électrique ne serait en vigueur que jusqu'en 2025.

Autre point non défini en l'absence de consensus entre les Verts, le SPD et les Libéraux : le statut des véhicules hybrides. La prime qui leur est dédiée sera maintenue jusqu'en décembre 2022.

Par ailleurs, le contrat de coalition ne donne pas de précisions sur les futures normes d'émission Euro 7, sur la mise en application des primes au diesel et sur la durée nécessaire pour le maintien des carburants alternatifs.

Hildegard Müller affirme que

Certaines choses doivent encore être discutées.