Le CNPA (Conseil national des professions de l'automobile) a mené récemment une étude. Cette dernière dénote une baisse conséquente des activités des mécaniciens réparateurs automobiles (MRA). Même situation pour les agents de marque, les professionnels des véhicules historiques (VH) et les entreprises de dépannage. Le confinement en novembre 2020 impacte à nouveau les ventes et réduit le trafic routier.

Le secteur automobile fait partie de ceux qui subissent les conséquences de la pandémie du Covid-19. D'ailleurs, aucun métier ne semble y avoir échappé. En effet, chez les agents de marque, le mois de novembre 2020 se termine avec une importante chute d'activité. Il en va de même pour les artisans de la réparation. Ils ne sont probablement pas les seuls. L'effondrement des ventes peut également entrainer une baisse de la demande de devis assurance auto.

Afin de protéger l'économie, le gouvernement a choisi d'alléger les mesures pour le deuxième confinement. Le nouveau protocole est loin d'être efficace pour tous les professionnels qui font à nouveau face à des baisses.


Une chute jusqu'à 40 % des activités

Conséquence du reconfinement, près de la moitié des entreprises du secteur automobile ont mis en place le travail à mi-temps. 50 à 70 % ont envoyé une demande pour bénéficier du prêt garanti par l'État (PGE). La plupart ont eu une réponse positive.

À se rappeler qu'avec la crise, le gouvernement a également proposé une suspension des loyers. Elle est accompagnée de différentes mesures incitatives pour les bailleurs. Pour la filière automobile, 5 % des entreprises ayant fait la demande ont pu en profiter.

Selon l'étude du CNPA, les professionnels de l'entretien-réparation sont les seuls qui se sont mieux portés au second confinement. En effet, les déplacements en atelier ont été autorisés. De même, le trafic routier n'a pas autant baissé qu'au printemps dernier. Et ce, grâce au maintien d'une partie des activités en France.

Cela dit, les conséquences de la crise se font toujours sentir. Malgré ces quelques changements, de nombreux professionnels font état d'une chute de plus de 20 % de leurs activités. Certains avancent qu'elle est de 40 %.

Des professionnels handicapés par la baisse du trafic routier

Au niveau de certains métiers, une partie des entreprises aurait choisi de maintenir ou d'augmenter leur activité. C'est le cas pour :

  • 43 % des professionnels des véhicules historiques ;
  • 28 % de ceux qui travaillent dans le contrôle technique ;
  • 24 % des mécaniciens réparateurs automobiles ;
  • 9 % des professionnels des services multimarques.

Ils ne sont pas pour autant épargnés. Chez les agents de marque, la fermeture des concessions a entrainé une baisse des ventes, même pour les voitures d'occasion. À titre de rappel, 25 % des achats dans le neuf sont réalisés par l'intermédiaire de ces commerçants.


Cela est aussi le cas des professionnels des véhicules historiques qui n'ont pas la possibilité de recevoir des clients. Ils ne peuvent pas non plus leur présenter les modèles en stock et proposer des essais. Les entreprises de dépannage-remorquage et du secteur carrosserie enregistrent également une réduction conséquente de leur activité. C'est l'effet d'une circulation réduite à cause du confinement.

Ces données sont issues d'une étude réalisée entre le 4 et le 9 décembre 2020 par le CNPA auprès de ses membres.