Bientôt une solution clé en main pour basculer vers les voitures propres

Selon Elisabeth Borne, la nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire, la prime à la conversion a rencontré un succès remarquable auprès des automobilistes français. Elle a par ailleurs annoncé le développement d’une solution clé en main pour rendre ce dispositif accessible à tous. Les Français pourront ainsi acquérir plus facilement des voitures propres.

Au-delà de son aspect écologique, la prime à la conversion représente une contribution significative de l’État dans le budget des foyers français.

Ainsi, le programme a nettement dépassé les prévisions de l’exécutif. De plus, les critères d’éligibilité à ce dispositif seront revus à partir du 1er août 2019 pour augmenter le nombre des bénéficiaires.


Une opportunité unique pour les Français

Le 18 juillet dernier, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, s’est exprimée sur RTL par rapport à la prime à la conversion et la révision des critères d’éligibilité à ce dispositif. Elle a notamment abordé la question des personnes qui n’ont pas accès au crédit.

Afin de ne pas les laisser sans recours, l’exécutif travaille sur une solution clé en main pour permettre à tous les Français de basculer vers des motorisations moins polluantes.

Ce projet nécessite une réévaluation de la manière d’attribuer ces primes, à court et à moyen terme, pour privilégier davantage les profils ciblés au départ.

La ministre a d’ailleurs tenu à rappeler que l'objectif initial de 500 000 primes est désormais passé à 1 million pour tout le quinquennat. Cette décision est étroitement liée aux réactions favorables de la population vis-à-vis de ce système mis en place par le gouvernement. Selon la ministre :

« On est déjà à 250 000 primes depuis le début de l'année après les 300 000 attribuées en 2018 ».

Durant cet entretien accordé à RTL, la ministre a tenu à rassurer les concessionnaires et les Français qui ont déjà déposé leurs dossiers pour bénéficier de cette subvention. Selon elle, ces demandes seront bientôt instruites et ils pourront par la suite percevoir la prime, à condition de remplir les critères d’éligibilité.


Une démarche pour faciliter l’acquisition de voitures moins polluantes

Depuis leur apparition, les différentes subventions telles que la prime à la conversion sont systématiquement prises en compte dans un comparateur assurance auto. L’objectif est de donner à l’automobiliste un aperçu du coût réel du véhicule.

Le texte modifiant les critères d’éligibilité à la prime de conversion prévoit entre autres d'exclure du dispositif les véhicules valant plus de 60 000 euros à l’achat. Par ailleurs, les voitures acquises devront avoir un taux d’émission de CO2 de moins de 117 grammes au kilomètre.

De plus, tous les véhicules classés Crit'air 2 et mis en circulation avant le 1er septembre 2019 seront désormais inéligibles à la prime. Ainsi, tous les modèles diesel qui ont été immatriculés avant la date fixée se retrouvent d’emblée exclus. D’après Elisabeth Borne :

« On est exactement dans l'objectif de cette prime : sortir beaucoup de voitures qui polluent, permettre aux Français d'acheter des véhicules qui polluent, qui consomment moins ».

Conformément à cette approche, le gouvernement a décidé d’ajuster certains critères pour atteindre la population cible de ce dispositif. Cette démarche permet notamment de s’adapter aux divers effets imprévus au début du projet. Comme l’explique la ministre de la Transition écologique et solidaire :

« C'est important de profiter de cette dynamique pour être plus exigeants sur les critères, par exemple pour supprimer les cas aberrants ».

L’exécutif pourra ainsi atteindre, voire dépasser, ses principaux objectifs dans le domaine pour tout le quinquennat.