Carburant le moins onéreux en ce moment, le bioéthanol attire un nombre croissant d’automobilistes, et ce, principalement pour des raisons économiques. Il faut dire que comparé à l’essence et au diesel, il coûte jusqu’à deux fois moins cher. Ainsi, l’installation du boîtier nécessaire à son fonctionnement constitue un investissement sur le long terme.

Dans l'Hexagone, le bioéthanol ne cesse de se développer, à tel point qu'il est aujourd'hui disponible auprès de 2300 stations-service au moins. À souligner que cette valeur s'accroît de manière régulière. Dans le même ordre d'idée, les Français sont de plus en plus nombreux à convertir leur véhicule à ce biocarburant. Une opération qui nécessite l'installation d'un boîtier spécifique pouvant coûter jusqu'à 1600 euros.

Plusieurs raisons motivent cette adaptation. La principale étant qu'une voiture fonctionnant au superéthanol (E85) s'avère plus économique qu'un modèle roulant au diesel ou à l'essence. Ainsi, une différence importante est constatée lors des passages en station-service.

Un carburant très abordable

Un consommateur témoigne que l'utilisation de l'E85 lui a permis d'économiser au moins une quarantaine d'euros. Selon les prix à la pompe, il dépensait entre 75 et 80 euros pour faire le plein avec un véhicule essence ou diesel. En revanche, cette valeur descend à 30 euros avec une voiture fonctionnant au bioéthanol.


À titre d'information, ce carburant coûte aux alentours de 0,67 euro le litre. Le montage du boîtier constitue donc un investissement rentable sur le long terme, d'autant que cette intervention est prise en charge par certaines collectivités. Il s'agit notamment de la région Sud qui propose jusqu'à 250 euros d'aides.

On notera toutefois que pour certains modèles, l'opération peut entraîner l'annulation de la garantie constructeur sur le véhicule. Ainsi, il semble utile d'ajouter une garantie panne mécanique à son contrat d'assurance auto, en vue d'une meilleure couverture. Ce qui implique une hausse de la prime à payer.

Sa production reste polluante

Dans un autre registre, la logique environnementale figure également parmi les raisons poussant les automobilistes à se tourner vers l'E85. En effet, la production d'essence se révèle deux fois plus polluante que celle du superéthanol en matière d'émissions de CO2.

Toutefois, il faut savoir que la fabrication de bioéthanol n'est pas sans conséquence pour l'écologie. Ce carburant est conçu à partir de la betterave, entre autres. Un ingrédient dont la culture nécessite le recours à des pesticides, nocifs pour la nature.

Concernant la consommation de carburant, le superéthanol représente globalement 3,6 % du marché des essences. Un chiffre dont l'évolution est à examiner. Les sociétés françaises œuvrant dans sa fabrication ne cessent d'augmenter, au même titre que les surfaces occupées pour la culture de betteraves. Il en est de même pour celles consacrées à la transformation de ces légumes en bioéthanol.

En bref, la filière engage de plus en plus depuis quelques temps. Selon Thierry Caron, directeur de la distillerie Cristanol, située à quelques lieues de Bazancourt (Marne) :

On a embauché une vingtaine de personnes ces cinq dernières années.