Tout le monde attend avec impatience la conférence des développeurs Apple, prévue se tenir dans quelques jours, qui révèlera les nouveaux grands systèmes de la société, surtout concernant la plateforme CarPlay bien incrustée dans le monde de l’automobile, dont on espère beaucoup de neuf.

Une ascension fulgurante

C'était en 2014 qu'Apple faisait connaître CarPlay, une version d'iOS conçue pour les voitures, qui permet aux automobilistes d'interagir directement depuis leur tableau de bord avec leur iPhone : envoi de messages par Siri, choix d'une playlist, utilisation de Google Maps, tout cela en conduisant.

La plateforme CarPlay a séduit très vite les conducteurs. Selon une enquête menée par Strategy Analytics en 2017,

23 % des personnes ayant acheté une voiture pensent que CarPlay doit y être intégré, et 56 % semblent intéressés par cette technologie de la firme de Cupertino.

De nos jours, beaucoup de constructeurs proposent l'interface sur leurs différentes gammes, allant de Peugeot à Lexus, sur un total d'environ 600 voitures. Rien que l'année dernière, selon Apple, 80 % et plus des nouveaux modèles vendus intégraient CarPlay à leur bord, dont quelques modèles de deux roues.


Des fonctions basiques, mais qui ne cessent d'évoluer

Selon les explications de Mark Fitzgerald de Strategy Analytics,

CarPlay n'est pas réellement un système d'exploitation spécial véhicule. En effet, la plupart des fonctions se trouvent sur le smartphone du conducteur.

Même si CarPlay est actuellement en système de partage d'écran avec le mobile, La marque à la pomme n'a cessé d'y intégrer de nouvelles fonctionnalités, tels le Bluetooth ou la clé numérique qui permet d'ouvrir son véhicule à partir de son iPhone.

Après la conférence des développeurs de l'année dernière, en sus de la fonction de clé numérique, l'interface de CarPlay a changé, en permettant entre autres :

  • l'envoi de messages audio, comme ses concurrents,
  • le partage de l'heure d'arrivée après un calcul d'itinéraire,
  • l'identification de points de restauration à emporter,
  • le repérage de bornes de recharge électrique.

Une application peu rentable… ou pas

L'utilisation de CarPlay est non payante aussi bien pour le conducteur que pour le constructeur automobile. Le service est donc « non lucratif » pour Apple. Cependant, il lui permet de faire la promotion de ses services, comme Apple Music, qui y est implémenté par défaut.

Outre le fait de pouvoir s'en servir comme interface publicitaire, la firme de Cupertino peut tirer d'énormes « bénéfices » des données sur les conducteurs dont elle dispose, des données d'usage qui, par la suite, peuvent être exploitées par d'autres acteurs tiers tels les comparatifs assurance auto, etc.