Les concessionnaires automobiles dans l’Hexagone ont dû fermer durant les deux mois de confinement. Aujourd’hui, ils se retrouvent avec des stocks très importants qu’ils doivent absolument écouler. Pour ce faire, les constructeurs ont mis en place diverses solutions visant à susciter l’intérêt des acheteurs. Il reste à savoir s’ils obtiendront les résultats escomptés.

En avril dernier, le marché de la voiture français a reculé de 88 %. Durant le confinement, les ventes ont été pratiquement inexistantes. Cette situation s’est certainement répercutée sur les souscriptions d’assurance auto. En tout cas, elle a entraîné l’accumulation des stocks chez les concessionnaires. Le nombre de véhicules qu’ils doivent écouler s’élève aujourd’hui à 400 000.

Depuis le 11 mai dernier, les distributeurs peuvent de nouveau accueillir des consommateurs dans leurs locaux. Ces professionnels appréhendaient la reprise. Toutefois, ils se réjouissent depuis peu, car même si le marché demeure fragile, les acheteurs ont été jusque-là peu nombreux à avoir annulé leur commande.

La relance de la filière automobile passe nécessairement par celle du marché de l’occasion

Le marché de l’occasion occupe une place importante dans la relance de la filière automobile française. Le président du métier des concessionnaires VP du CNPA, Christophe Maurel, explique :

[…] il faut que le marché de l'occasion soit fluide, car 60 % des ventes s'effectuent par une reprise de véhicule.

C'est la raison pour laquelle les constructeurs ont décidé d’appliquer particulièrement des rabais sur les modèles de seconde main. Selon Christophe Maurel :

Une voiture qui est immatriculée depuis octobre, même avec zéro kilomètre au compteur, est quand même une voiture d'occasion.

Ce type de véhicule voit sa valeur diminuer progressivement au fil des jours. Il est ainsi essentiel de l’écouler au plus vite. En revanche, un modèle non immatriculé demeuré sur le parking d’une concession durant le confinement conserve la sienne. Par conséquent, il n’est pas aussi susceptible de faire l’objet d’une réduction que la première catégorie de voiture.

Comment les marques s’y prennent-elles pour écouler le maximum de voitures ?

Les stocks de voitures neuves accumulés par les concessionnaires durant le confinement représentent un tiers de la production automobile annuelle dans l’Hexagone. Leur valeur s’établit à environ 10 milliards d’euros. Christophe Maurel note :

Habituellement, les stocks des concessions automobiles, c'est entre un et quatre mois.

Pour relancer les ventes, les constructeurs ont notamment consenti à faire des rabais sur leurs modèles. Et les remises sont parfois importantes. Le fabricant japonais Nissan, par exemple, a diminué de 30 % le tarif de sa citadine Micra.

Citroën offre également des remises sur ces SUV C3 Aircross (2 450 euros) et C5 Aircross (3 320 euros). Par ailleurs, le constructeur français a décidé de décaler les premières mensualités dans le cadre d’une location ou d’un crédit automobile classique. De son côté, Peugeot octroie une prime qui commence à partir de 2 500 euros si le consommateur achète l’un de ses produits et remet un vieux modèle.