L’industrie automobile traverse actuellement une période de grands changements stimulés par les progrès technologiques et les réformes réglementaires. En se basant sur les tendances dans le secteur, les experts définissent les caractéristiques incontournables des véhicules du futur. Devin Liddell, un journaliste de Fast Company, va encore plus loin et remet en question le concept même de voiture.

D’après l’analyse du journaliste Devin Liddell, les consommateurs du futur pourront seulement choisir entre quelques marques lors de la recherche d’une assurance auto pas cher. Selon lui, l’industrie automobile évoluera inexorablement vers la situation de l’aviation civile. Dans ce domaine, deux constructeurs (Boeing et Airbus) produisent 99 % des appareils sur le marché des gros-porteurs.

Autrement dit, la plupart des marques automobiles actuelles vont disparaître pour laisser la place à quelques rares géants industriels. Par ailleurs, les modèles se standardiseront et seront interchangeables pour devenir tout simplement des solutions de mobilité efficaces. Ce scénario traduit la fin de l’ère de la voiture en tant que marqueur social.

Perspectives ouvertes par les modèles autonomes

L’avènement des voitures autonomes se traduira notamment par la disparition des conducteurs. Concrètement, l’habitacle sera seulement occupé par des passagers qui pourront vaquer librement à leurs occupations tout au long du trajet. Devin Liddell a développé l’idée de non-voiture dans ce contexte.


En raison de leur rythme de vie, les consommateurs sont surtout préoccupés par leur productivité au travail et leur sommeil durant leur temps libre. Ainsi, le rôle de la voiture consiste pour l’instant à participer à la réalisation ou à l’amélioration de ces activités élémentaires.

Avec les modèles autonomes, l’habitacle devient un lieu de vie supplémentaire. Totalement modulables, ils peuvent être personnalisés à volonté pour s’adapter aux différents besoins et aux activités des utilisateurs. Les possibilités en matière de non-voiture sont virtuellement infinies :

  •  Livraison de colis par les bus scolaires pendant les heures de cours ; 
  •  Création de voitures karaoké qui accueillent durant la nuit ; 
  •  Ouverture de petites salles de cinéma roulantes les week-ends, etc.

Une fois la conduite supprimée, les constructeurs pourront explorer une myriade d’idées pour occuper les passagers.

Réévaluation du processus créatif

Aujourd’hui, les constructeurs automobiles produisent des citadines, des berlines, des SUV, etc. pour les consommateurs du monde entier. Les acheteurs pourraient vivre en Californie, en Afrique du Sud, en Sibérie ou en Australie, le produit proposé restera le même.

Devin Liddell propose d’aborder le sujet sous un autre angle. Au lieu de créer un véhicule standard pour un consommateur lambda, il serait plus intéressant de concevoir des modèles en se basant sur les spécificités de son environnement futur. De cette manière, les voitures pourront répondre exactement aux besoins des automobilistes en fonction de leur cadre de vie.

Dans son analyse, le journaliste souligne que les constructeurs et les modèles favoris des Américains variaient en fonction de leur lieu de résidence.

Les habitants de Seattle, par exemple, ont une certaine prédilection pour les Subaru, en raison de leur penchant pour les activités de plein air. Suivant cette logique, les fabricants automobiles auront la possibilité de décliner à l’infini leur gamme de voitures en se basant sur des critères topographiques, climatiques, sociologiques, etc.