Dans toutes les régions de la France métropolitaine, les tarifs des garagistes grimpent de manière significative. Un rapport dévoilé par idGarages atteste de cette évolution, que quelques clients ont du mal à supporter. À noter que le prix de certaines pièces a progressé de moitié depuis le début de la guerre en Ukraine.

Dans l'Hexagone, le coût de détention d'une automobile se renchérit davantage. Les propriétaires endurent déjà la hausse substantielle des tarifs de l'énergie et du carburant. Cependant, une étude menée par idGarages donne de nouvelles informations autour du sujet. Un baromètre du comparateur de devis apprend que partout dans le pays, les tarifs de la réparation automobile s'intensifient.

D'après le président de la profession de garagiste chez Mobilians, Philippe Debouzy, cette envolée découle de plusieurs facteurs. À cause entre autres du manque de voitures neuves, les automobilistes tricolores visitent de plus en plus régulièrement leur garagiste . Le parc de voitures roulant en France vieillissant continuellement.


Les prix en Île-de-France ont été rattrapés par ceux des autres régions

Les garagistes subissent par ailleurs durement les pénuries de pièces mécaniques et celles consommables . La main-d'œuvre a également vu son coût augmenter. Enfin, Philippe Debouzy révèle que les interventions exigent un niveau de technicité en permanente élevé. Elles requièrent en conséquence du personnel expérimenté et de l'outillage adéquat .

Pour mieux faire face à cette élévation des prix, les utilisateurs de voiture devraient se doter d'une bonne assurance auto.

Afin d'en chercher une, ils peuvent consulter des offres sur les sites de comparaison d'offres en ligne.

En 2017, idGarages publiait la première édition de son baromètre. L'Île-de-France représentait à l'époque la région la plus inabordable de la France métropolitaine. Les coûts des garagistes franciliens se trouvaient au-dessus :

  • Des prix appliqués dans les Hauts-de-France, la région la moins chère de l'Hexagone, avec un écart de +26 % ;
  • De la moyenne nationale, avec une différence de +15 %.

Cette année, il n'existe plus que 5 % de décalage entre :

  • Le Centre-Val de Loire, la région la plus abordable, avec des prix 3 % inférieurs à la moyenne nationale ;
  • L'Auvergne-Rhône-Alpes, la région où sont pratiqués les prix les plus élevés.

Quant à l'Île-de-France, la moyenne nationale s'établit désormais au-dessus des prix que ses garagistes appliquent. Les autres territoires de l'Hexagone sont quasiment montés à la hauteur de la région parisienne.

La hausse varie en fonction des pièces

Le Parisien, qui a consulté le rapport d'idGarages, a entre autres relayé les exemples des factures moyennes pour :

  • Un remplacement de kit de distribution : 522 euros l'an passé et 556 euros en 2022 ;
  • Une révision générale : 265 euros cette année contre 256 euros en 2021.

Les clients ont également constaté cette montée des prix des garagistes. Le Figaro cite notamment un étudiant en alternance qui doit changer l'embrayage et la boîte de vitesse de sa Toyota. Celui-ci est passé chez son garagiste qui lui a informé que cette opération lui coûtera 3 000 euros au total. Se sentant incapable de régler une telle note, le jeune homme songe à effectuer ses réparations futures lui-même. Un travail qui s'accompagnera de difficultés, reconnaît-il.

Un propriétaire de Peugeot 308 est, quant à lui, contraint de se doter d'une nouvelle courroie de distribution. Son garagiste lui a révélé que les tarifs ont progressé d'au moins 20 % depuis la crise russo-ukrainienne. Pour certaines pièces, les prix se sont même alourdis de +50 %, lui a déclaré l'expert .