La longue grève qui a marqué la fin de l’année 2019, et plus particulièrement le secteur des transports, a changé les habitudes des Français en matière de déplacements. Selon les résultats d’un sondage récent, le nombre d’adeptes du covoiturage a considérablement augmenté depuis le début des mouvements sociaux.

40 % des Français voient leurs habitudes de déplacement évoluer

Comme il n’est pas nécessaire de modifier son assurance auto pour profiter du covoiturage, les Français y voient une nouvelle solution pour se déplacer et faire face aux problèmes de transports.

35 % des personnes interrogées considéraient ainsi le partage d’un trajet comme le meilleur moyen pour affronter le rush pendant les fêtes. Un tiers des sondés ont d’ailleurs envisagé cette solution pour les longs trajets.

Pour 40 % des Français, les grèves ont bouleversé leur habitude de déplacement. Chez les Franciliens, 65 % de la population ont annoncé vouloir changer de méthode de déplacement, plus particulièrement lors de la dernière période des fêtes.


Si la crise des transports persiste, les nouveaux modes de transport pourraient bien perdurer.

L’engouement grandissant des Français pour le covoiturage coïncide avec une augmentation du nombre d’accidents impliquant les outils de déplacement alternatifs, comme les 22 accidents de vélos recensés, contre 9 seulement le mois précédent. Le manque de formation théorique et pratique des nouveaux adeptes explique cette hausse des chiffres.

Les Français en grande majorité favorable à l’EAD

Si le covoiturage a le vent en poupe, les Français sont particulièrement enthousiastes à l’idée de généraliser le dispositif EAD, ces éthylotests antidémarrage qui empêchent le véhicule de prendre la route en cas de dépassement par le conducteur du taux d’alcoolémie autorisé.

Cette mesure diminuera de manière drastique le nombre d’accidents en France. Il faut savoir que 50 % des accidents mortels sont causés par l’abus d’alcool.

Un sondage réalisé il y a quelques années a également démontré que

« Le covoiturage contribue à réduire les comportements à risque sur les routes ».

74 % des conducteurs en covoiturage affirment en effet adopter un comportement exemplaire, contre seulement 45 % de l’ensemble des conducteurs.

La combinaison du dispositif EAD et du covoiturage est donc un espoir pour le secteur automobile en plus de présenter un avantage majeur pour l’environnement.