Depuis le début du confinement, les ventes de voitures en France se sont effondrées. En effet, les consommateurs ne peuvent plus se rendre dans les concessions pour acheter un véhicule. La baisse concerne aussi bien les modèles neufs que d’occasion. Par conséquent, les acteurs du secteur automobile doivent prévoir une stratégie pour relancer le marché dès que la crise s’achèvera.

La crise sanitaire actuelle due au Covid-19 se répercute sur de nombreux secteurs d’activité dans le monde entier. Celui de l’automobile n’a pas été épargné.

En France, un important recul des ventes de véhicules neufs a été observé depuis que les restrictions de sortie pour endiguer la maladie sont entrées en vigueur. C’est ce qu’indique la société Autoviza.

Les compagnies d’assurance auto sont aussi affectées par la pandémie. En effet, elles figurent parmi les endroits recevant du public non essentiels à la vie du pays qui ont dû fermer à la demande de l’exécutif. De ce fait, elles ont probablement enregistré moins de souscriptions.

Les industriels et les artisans automobiles en difficulté

L’industrie automobile européenne a fonctionné au ralenti avant même que le coronavirus n’arrive sur le continent. En effet, alors que l’épidémie ne touchait encore que la Chine, maints constructeurs ont été contraints de suspendre leurs activités, faute d’approvisionnement en pièces provenant de ce pays.


Depuis, la situation ne s’est pas améliorée. Comme le précise la PFA (Plateforme automobile) :

[…] la quasi-totalité des usines sont, de fait, à l’arrêt en Europe.

L’entité qui rassemble la filière automobile dans l’Hexagone observe qu’actuellement, 200 000 salariés ont dû être mis au chômage technique en raison de la suspension des activités au sein des sites de production. Pour sa part, la FNA (Fédération nationale des artisans de l'automobile) précise que 75 % des professionnels ont décidé de ne plus recevoir de clients, bien que la possibilité de rester ouverts leur a été accordée.

Une situation comparable à celle de la Chine

Le 24 mars dernier, au cours d’un point d’information, Bruno Le Maire a alerté sur la situation du marché automobile français. Le ministre de l'Économie a notamment avancé :

L'automobile ne tourne quasiment plus, les chiffres d'affaires affichent des chutes vertigineuses, de 80 % à 85 %.

La compilation de chiffres réalisée par Autoviza corrobore cette déclaration. Les résultats révèlent en effet que les immatriculations de modèles neufs se sont repliées de 93 % dès que la France a décidé d’appliquer des mesures de confinement plus strictes au 17 mars 2020.

Dans le détail, la moyenne des ventes ne s’est élevée qu’à hauteur de 254 unités par jour depuis cette date. À titre de comparaison, elle s’établissait quotidiennement à 3 596 au début du mois de mars. Sur le marché de l’occasion, la baisse est tout aussi importante (-78 %). Le repli s’apparente à celui subi par l’Empire du Milieu à cause de la propagation du Covid-19. Dans ce pays, les ventes automobiles ont décru de 78 % en février dernier.