Alors qu’il est de plus en plus difficile de décrocher une vignette Crit'Air, la ministre de la Transition écologique souhaite durcir davantage ses critères d’octroi. Par ailleurs, les automobilistes risquent de ne plus pouvoir circuler en ville s’ils n’utilisent pas un véhicule peu polluant. En effet, la multiplication des zones à faibles émissions figure parmi les priorités de Barbara Pompili.

Des pouvoirs publics aux professionnels de l'assurance auto, des mesures sont prises pour dissuader les Français d'acheter des voitures polluantes. Par exemple, le 1er mars dernier, le durcissement du malus auto suivant le cycle WLTP est entré en vigueur. De leur côté, les assureurs favorisent les véhicules respectueux de l'environnement en proposant des contrats de couverture moins chers, notamment pour les modèles 100 % électriques.

Récemment, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique a annoncé son souhait de réviser le système de la vignette Crit'Air en durcissant les critères d'attribution du certificat. À quoi les conducteurs doivent-ils alors s'attendre ?


Accès limité aux villes pour les conducteurs de voiture sportive ?

Barbara Pompili a confié sur BFMTV :

Aujourd'hui, les vignettes Crit'Air, je ne sais pas si elles sont complètement adaptées à la réalité de nos besoins, donc il faut peut-être qu'on les revoie.

La ministre de la Transition écologique estime en effet que les certificats qualité de l'air constituent une bonne base, mais nécessitent une adaptation. Pour l'heure, elle n'a pas précisé les changements qui seront mis en œuvre. En tout cas, Barbara Pompili a déclaré être ouverte au renforcement des conditions d'attribution du macaron. Par ailleurs, elle a assuré qu'un travail devra être mené sur le long terme.

BFMTV avance que la puissance de la voiture pourrait être introduite parmi les critères d'octroi de la vignette Crit'Air. Dans ce cas, les véhicules sportifs sont susceptibles de ne plus pouvoir rouler dans les villes, en particulier en cas d'épisode de pollution.

Fonctionnement du système Crit'Air

Le système Crit'Air se base sur l'année de mise en circulation d'une voiture et sa motorisation. En fonction de ces paramètres, le véhicule sera associé à une norme antipollution Euro classée de 1 à 6. Appliqué depuis 2016 dans plusieurs grandes agglomérations (Marseille, Lille, Strasbourg, Paris, etc.), ce système a été constamment durci au fil du temps. Ainsi, il est sujet au débat public. Depuis juillet 2017, les véhicules catégorisés Crit'Air 5 sont interdits de circulation dans la capitale française. À son annonce, cette mesure a suscité davantage de polémique.


Pour rappel, le système Crit'Air vise à lutter contre les pics de pollution grâce à la mise en place de la circulation différenciée. Les observateurs déplorent toutefois un manque de cohérence. En effet, toutes les voitures à essence récentes sont d'emblée éligibles au certificat Crit'Air 1. Le CO2 qu'elles émettent réellement n'est donc pas pris en compte. Pour leur part, les modèles diesel se voient systématiquement attribuer une vignette Crit'Air 2. Barbara Pompili entend bien arranger cette situation.