La course à l’électrification bat son plein dans le milieu de la construction automobile. D’après une enquête réalisée récemment par un média spécialisé dans le domaine, contrairement aux autres acteurs du secteur, Dacia fait partie de ceux qui ont décidé de prendre du temps dans sa conversion vers l’électrique. La Spring sera son premier modèle 100 % électrique.

Le premier modèle électrique Dacia à prix abordable

Dacia a dévoilé en octobre dernier, sa toute première voiture électrique : la Spring. Elle sera l'une des automobiles électriques les plus abordables du marché.

D'après un responsable de la firme, le modèle économique choisi permet de construire des voitures à des coûts minimes. Il se base sur la recherche de solutions techniques éprouvées et amorties dans le groupe, la maîtrise du coût et une logique de distribution économique notamment avec le service d'autopartage ainsi que les centres Leclerc.

À noter qu'un comparatif assurance auto donnera en principe l'avantage aux voitures électriques. Avec un prix modéré et une assurance peu chère, la Spring constitue ainsi une option des plus intéressantes pour rouler moins cher en Dacia.


Une voiture électrique conçue pour le marché européen

Le premier modèle 100 % électrique de la marque est calqué sur le crossover Renault Kwid. Il répond aux attentes du 7 % du marché européen où les 82 % des clients n'utilisent leur véhicule électrique que pour effectuer environ 31 km par jour. Son moteur de 33 kW (44 ch) peut atteindre une vitesse maximale de 125 km/h.

La Spring est équipée d'une batterie de 26,8 kWh, assez pour parcourir 225 km en cycle mixte (WLTP) et 295 km en cycle urbain. Sa capacité d'accueil est de quatre passagers. Elle est dotée d'un coffre de 300 l, d'une direction assistée électrique, de la climatisation, d'un cluster digital, d'un écran multimédia de 7 pouces…

Une avancée vers l'électrique beaucoup plus contenue par rapport à la concurrence

Pour le moment, la marque se focalise sur la Spring et n'envisage pas de construire d'autres modèles électriques. Pour autant, elle n'exclut pas d'en produire plus tard.

Même si Dacia est connu pour ses émissions polluantes élevées en Europe, le constructeur entend respecter les nouvelles règlementations en la matière en s'appuyant sur les technologies communes et éprouvées du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi auquel il appartient.

Il veut aussi tirer profit de son expertise unique dans la conception, la production et la vente de véhicules abordables ainsi que son savoir-faire en design to cost.