Après plusieurs années passées à la tête du comité d’entreprise du groupe, Bernd Osterloh cèdera sa place à Daniela Cavallo. Celle-ci deviendra de ce fait la première femme à occuper ce poste dans une entreprise fortement dominée par les hommes. Autre changement dans ce sens, l’experte en technologies de l’information, Katrin Suder, a intégré le conseil d’administration.

À la tête du comité d'entreprise du groupe depuis 16 ans, Bernd Osterloh se retirera de son poste le 1er mai prochain. Il deviendra directeur du personnel au sein de la filiale poids lourds du constructeur allemand, Traton. Selon les porte-paroles des actionnaires majoritaires de Volkswagen – les familles Piëch et Porsche – le cadre y jouera un rôle décisif dans la réorganisation en cours.

À quelques années de sa retraite, un travail conséquent attend l'homme au sein de Scania et Man. Pour cela, Bernd Osterloh percevra un salaire annuel de 2 millions d'euros, avance Handelsblatt, le journal outre-Rhin spécialisé dans l'économie.


Place à une nouvelle génération

Ce changement intervient après que la question du passage obligé aux véhicules électriques ait opposé Bernd Osterloh à Herbert Diess, le patron de l'entreprise. Par rapport à cela, la nécessité d'un changement de génération a été évoquée par le représentant des 80000 employés allemands de VW.

Pour information, l'actuel président du comité d'entreprise est le dernier membre de l'ancien régime. Impliqué dans l'affaire du Dieselgate, Rupert Stadler a dû quitter son poste de PDG d'Audi. Il en était de même pour l'ancien président du directoire de Volkswagen, Martin Winterkorn. À noter que le scandale des moteurs diesel truqués a eu un impact financier important sur l'entreprise désormais lancée vers le 100 % électrique. Un projet à surveiller notamment pour les compagnies d'assurance auto.

En somme, le départ de Bernd Osterloh signe la fin d'une ère à Wolfsburg. Herbert Diess a réussi à imposer ses hommes et son approche, soulignent les observateurs. Arrivé à la tête du constructeur allemand en 2018, l'homme a d'ailleurs récemment fait peser son poste dans la balance.

L'entreprise se féminise

Dans ce contexte, l'adjoint actuel du responsable, Daniela Cavallo, prendra les rênes du plus haut poste syndical. Elle deviendra la première femme à occuper cette fonction chez VW, une entreprise très masculine. Plus policée que son prédécesseur, estiment les experts, elle devrait suivre la détermination et le pragmatisme de Bernd Osterloh. Ayant gravi tous les échelons au sein de l'entreprise, la quadragénaire partage une histoire particulière avec celle-ci. En effet, elle voit le jour à Wolfsburg dans une famille d'immigrés italiens venus travailler pour la firme dans les années 1970.

Autre mouvement de renouvellement chez Volkswagen, Katrin Suder entre au conseil d'administration. Ayant notamment fait ses preuves chez McKinsey, la spécialiste des technologies de l'information sera chargée de piloter le pôle numérique de l'enseigne. Ce qui demande un énorme travail. Pour cause, les nouveaux rivaux de la société se composent des américains Apple, Tesla et Google.