Un mois de mai en demi-teinte et un mois d’avril quasi insignifiant : le confinement a paralysé le marché de l’automobile. Au mois de mars, la moyenne des ventes a chuté d’environ -30 %. Pour le mois d’avril, la baisse passe au-delà des -90 %. Depuis le déconfinement, les vendeurs ont la mission de se délester du stock accumulé.

Des promotions : en veux-tu ? En voilà !

Pour relancer l’économie nationale, une reprise de la production ne suffira pas. Il faudra également faire repartir la consommation.

Le traumatisme du confinement ainsi que la crainte d’une nouvelle vague de contamination incitent les Français à faire preuve de prudence et à privilégier l’épargne – le Livret A est en train de connaitre un succès grandissant.

Mais les entreprises ont besoin d’écouler leurs produits, et ce, rapidement. C’est d’autant plus vrai pour les constructeurs automobiles qui se retrouvent aujourd’hui avec un stock trop important de voitures neuves non vendues.

Les promotions se multiplient, notamment sur les formules de location longue durée (LLD) ou de location avec option d’achat (LOA). Des mensualités gratuites, des reports de paiement… Tout est mis en œuvre pour que le consommateur ressente l’envie de souscrire une assurance voiture.

Un enjeu économique et écologique

Le gouvernement compte aider le secteur de l’automobile à se relever. Mais il souhaite faire « coup double » et rajouter une dimension écologique au dispositif qu’il envisage de mettre en place.


L’enjeu sera toujours d’inciter les Français à acheter de nouveaux véhicules, mais de préférence, des véhicules respectueux de l’environnement. Il est fort probable donc que le gouvernement renforce la prime de conversion pour ceux qui veulent troquer leur bon vieux modèle à motorisation essence ou diesel contre une voiture électrique ou hybride rechargeable.

Sinon, l’autre alternative explorée est la déduction fiscale, plus précisément une TVA en baisse pour les modèles qui n’émettent pas ou peu de gaz à effet de serre.

Le marché de l’occasion

Pour ceux qui n’ont pas le moyen de s’offrir un véhicule neuf, l’après-confinement peut également être une période intéressante ; sauf que la voiture d’occasion « bon marché » ne sera pas à dénicher chez les vendeurs habituels, mais plutôt chez les particuliers qui, justement, sont attirés par les offres du gouvernement pour changer de voiture.