D’ici 2022, une plateforme dédiée à la conduite autonome verra le jour. Du moins, si Hyundai et Aptiv parviennent à mener à bien leur projet pour lui permettre de porter ses fruits. À travers un récent partenariat, ces deux spécialistes du domaine se sont en effet donné la main pour développer ce type de technologie.

Premier opérateur à proposer un service de taxi à conduite autonome, Aptiv est bien placé pour espérer mettre sur pied une plateforme dédiée à cette technologie. Ce serait également le cas pour Hyundai qui a couronné de succès les phases tests mettant à l’épreuve la fiabilité de son savoir-faire dans ce domaine.

Et afin de développer au mieux ce système, ces opérateurs se sont récemment rapprochés pour accéder au statut de joint-venture. La coentreprise qui ambitionne de faire de la délégation de conduite de niveau 4 et 5 un levier de leur activité. Un produit qu’ils espèrent commercialiser à partir de 2022 par le biais d’une plateforme spécialisée.


La conduite autonome de niveau 4 et 5 comme objectif

Deux spécialistes de la conduite autonome ont récemment manifesté leur ambition de développer des technologies de délégation de conduite. Entendons par là le système autonome de niveau 4 et 5 que Hyundai et Aptiv ont aligné dans leur ligne de mire en faisant valoir que leur objectif principal est de :

« Progresser la conception, le développement et la commercialisation des technologies autonomes de niveau 4 et 5 ».

Des produits que ces enseignes prévoient de mettre à la disposition des constructeurs automobiles et des opérateurs de flottes à travers une plateforme spécialisée qui devrait être opérationnelle d’ici 2022.

En attendant, ces derniers se doivent de se contenter d’observer les résultats des premiers tests qui devraient avoir lieu dès l’année prochaine et en profiter pour effectuer une simulation assurance auto pour découvrir la couverture adéquate à ce concept.

Quoi qu’il en soit, il faut dire que ces entreprises sont bien placées pour prétendre à une telle ambition. Tout cela, parce qu’elles ont d’ores et déjà fait de ce domaine leur terrain de jeu.

Pour ce qui est d’Aptiv par exemple, elle est la première à équiper sa flotte de taxi de la conduite autonome en 2018. Et ce, afin de permettre à ses véhicules de sillonner les routes de Las Vegas en utilisant cette technologie en enregistrant à leurs actifs près de 2?700 destinations pour 70?000 trajets.


Quant à Hyundai, il a déjà démontré sa valeur en mettant à l’épreuve certains de ses modèles dotés de cette fonction. À savoir, la Genesis G80 et le SUV Nexo qui ont parcourus avec succès une distance de 190 km reliant Séoul et PyeongChang en effectuant des manœuvres, des dépassements, des franchissements de barrières de péage ou encore des changements de voie. Ce serait aussi le cas pour la Ioniq qui, en 2017, a circulé dans les rues de Las Vegas sans faire d’accident.

Une coentreprise pour réussir

Le développement et la commercialisation de la technologie de conduite autonome de niveau 4 et 5 sont certes des projets ambitieux. C’est pourquoi Aptiv et Hyundai ont uni leur force afin de créer une coentreprise.

Une structure de 4 milliards de dollars qui leur permettra de réussir et qui sera dirigée par un nombre égal d’administrateurs des deux parties et présidé par l’homme à la tête d’Aptiv Autonomous Mobility.

À l’annonce de cette nouvelle, ces acteurs ont tenu à faire savoir que cette joint-venture sera détenue à hauteur de 50% par chacun d’entre eux. Ainsi, le groupe Hyundai incluant Hyundai Motor, Kia Motor et Hyundai Mobis investira de son côté 2 milliards de dollars comme pour le cas d’Aptiv.

Et pour garantir le succès, cette dernière mettra ses quelque 700 employés au service de cet objectif commun. Quant à Hyundai, une partie de ses actions (400 millions) sera consacrée à :

  • L’accès aux brevets existants; 
  • L’ingénierie; 
  • La R&D.