Les discussions sur la suppression de la vignette verte vont bon train. D’après l’annonce du ministère de l’Économie, la mesure, très attendue par les assureurs, pourrait s’appliquer au cours du premier semestre 2023.

Néanmoins, aucune date n'a encore été avancée, car il appartient au ministre de l'Intérieur de signer le décret. Pour l'heure, il est convenu que la consultation du Fichier des véhiculés assurés se ferait via une appli mobile. Une idée qui n'enchante pas trop les forces de l'ordre, lesquelles anticipent une procédure de contrôle plus risquée et plus longue.

Vers une modération des tarifs d'assurance en 2023 ?

Les négociations entre les assureurs et le ministère de l'Économie portent notamment sur la modération des tarifs d'assurance habitation et auto en 2023 .

D'un côté, l'État veut faire tout son possible pour préserver le pouvoir d'achat des Français, et de l'autre, les assureurs exigent la suppression de la vignette verte afin de réduire leurs coûts .

Jusqu'ici, les professionnels du secteur n'ont pris aucun engagement collectif, mis à part le chèque auto de 100 euros qui sera accordé aux jeunes sans emploi de moins de 25 ans .

En ce qui concerne l'assurance auto, les cotisations pourraient bondir de +3 % à 5 % en raison de la hausse des prix des réparations automobiles et ceux des pièces détachées.

Toutefois, quelques assureurs se sont engagés à proposer des contrats spécifiques pour les ménages les plus fragiles.

Il existe néanmoins une lueur d'espoir pour les automobilistes, la disparition de la vignette verte pourrait contribuer à terme à faire baisser les primes d'assurance.

En attendant ceci, ces derniers trouveront facilement les offres les plus avantageuses en faisant jouer la concurrence à l'aide d'un comparateur d'assurance.


Une mesure à fois économique et écologique

Selon le ministère de l'Économie, la dématérialisation de la vignette d'assurance automobile est une mesure à la fois économique et écologique. En effet, une récente étude a révélé qu'environ 60 millions d'euros dépensés dans l'impression, le conditionnement et l'envoi des macarons verts pourraient être économisés chaque année.

D'autre part, la fabrication et l'acheminement de ces vignettes aux assurés sont responsables de l'émission de 1 237 tonnes de gaz carbonique par an.