L’État a mis en place différentes mesures visant à développer une mobilité plus verte à l’intérieur et à l’extérieur des villes et réduire ainsi les émissions de CO2 liées au transport. Constituant une réponse adaptée et concrète à ces enjeux climatiques, la mobilité partagée et multimodale fait partie des solutions d’avenir accessible aux usagers. Quid de son rôle dans l’économie collaborative dans les années à venir ?

Une solution de mobilité flexible, économique et écologique

Une étude sur l'économie collaborative menée en octobre dernier par Capterra, une plateforme dédiée à la croissance des entreprises, lève le voile sur la place de la mobilité partagée dans le quotidien des Français.

Englobant plusieurs systèmes comme le partage de véhicule (voiture, moto ou scooter) sur un même trajet, la location de deux roues (vélo ou scooter) électriques ou non, la mobilité partagée gagne du terrain. Elle a représenté environ 80 millions de trajets et généré 150 millions de revenus en 2020 . 58 % des personnes interrogées déclarent y avoir eu recours.

Développées aussi bien par le secteur public que privé, les offres de transport collaboratif sont apparemment accessibles à tous les consommateurs sur tout le territoire. 70 % des sondés disposent de solutions dans ce domaine, 50 % roulent uniquement à vélo et 33 % utilisent des trottinettes en libre-service.

Les utilisateurs apprécient ces services de mobilité collaborative notamment en raison des économies qu'ils permettent (49 %), mais aussi parce qu'ils constituent une alternative intéressante aux transports en commun (42 %), qu'ils offrent une plus grande liberté dans les déplacements (33 %) et qu'ils aident à la préservation de l'environnement (33 %).

Une qualité de services à améliorer

L'enquête a également révélé que sur les 86 % de propriétaires de véhicule personnel interrogés, plus de la moitié d'entre eux sont favorables aux services de mobilité partagée . Cela montre une certaine prise de conscience des automobilistes ayant leur propre voiture.

Quelques réticences sont toutefois soulevées par les consommateurs dans le cadre de l'étude, entre autres :

  • la qualité du service qui laisse à désirer (41 %) ;
  • l'incertitude des conditions de location en cas de litiges (33 %).

31 % des répondants pointent aussi du doigt le problème de la protection des données personnelles.

Toute personne qui souhaite proposer des services de covoiturage ou de partage de véhicule a intérêt à faire des demandes devis assurance auto auprès de plusieurs compagnies afin de trouver une offre adaptée à ses besoins et à cette activité.