Malgré l’essor des technologies de conduite autonome, seulement 50?000 polices d’assurance pour voiture connectée ont été recensées en France en fin 2019. Pourtant, un tel contrat permet de réaliser des économies non négligeables sur la prime pour les bons conducteurs, dont le comportement est analysé par un boitier spécial installé sur le véhicule.

L'option voiture connectée, une source d'économies substantielles

L'Hexagone accuse un certain retard par rapport à plusieurs pays voisins en matière d'assurance auto connectée. En effet, d'après le cabinet Wavestone,

À peine 50.000 Français auraient souscrit ce type de contrat en 2019,

Contre plus de 5 millions en Italie, par exemple.

Malgré ce manque de dynamisme, PSA Finance France veut s'imposer comme un acteur majeur sur ce segment de marché et affirme dans un récent communiqué avoir déjà séduit 12.000 clients avec sa police d'assurance option véhicule connecté, qui couvre les modèles neufs et de deuxième main de ses trois marques phares : Citroën, DS et Peugeot.


Quelque 5 millions de voitures sont actuellement dotées du boitier télématique du groupe, le rôle étant de relever des éléments dans différentes situations permettant d'établir le profil du conducteur.

À la réduction offerte à la souscription sur les tarifs classiques s'ajoute potentiellement un rabais pouvant atteindre 25 % dès la deuxième année pour l'automobiliste responsable au volant.

En outre, il reçoit des conseils afin de s'améliorer et de décrocher des décotes encore plus importantes.

La sécurité des données, un aspect clé du contrat de PSA Finance

Après les nombreux scandales autour de la confidentialité des données des consommateurs, ces derniers se montrent plus exigeants quant à la protection de leurs informations personnelles et au respect de leur vie privée.

Aussi, afin de rassurer les clients sur la question du partage de données, le groupe PSA s'engage à respecter les dispositions du RGPD pour garantir « l'intégrité, la sûreté et la sécurité » de ces précieux renseignements.

Par ailleurs, ceux-ci sont déclarés à la CNIL, avec qui les assureurs ont conclu un accord afin d'éviter toute utilisation des données à des fins non autorisée par leurs propriétaires, notamment des fins commerciales.