À l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique ne fait que s’accentuer notamment à travers les efforts pour diminuer le niveau de gaz à effet de serre émis par les véhicules, force est de constater que depuis deux ans, les émissions de gaz carbonique ont repris de plus belle auprès des voitures neuves. Et tout semble indiquer que l’explosion des ventes des SUV y est pour beaucoup.

Suscitant l’engouement des acheteurs, les SUV figurent désormais parmi les voitures les mieux vendues au monde. Le marché français n’est pas en reste puisqu’ils y détiennent désormais une part non négligeable en précisant que cette croissance s’est principalement fait remarquer depuis 2016 où les ventes ont pratiquement explosé.

Mais il faut dire que cet essor n’est pas sans effet néfaste sur l’environnement puisqu’en parallèle, le taux de gaz polluants au kilomètre émis par les véhicules neufs a également augmenté.

Tout cela parce que ces 4x4 urbains sont de plus en plus nombreux à sillonner les routes, alors que de par leur taille et leur poids, ils consomment davantage d’énergie et émettent plus de CO2 que les autres modèles.


Le taux d’émission de CO2 reprend de la vitesse

Les mesures destinées à diminuer le taux de dioxyde de carbone émis par les différents moyens de déplacement sont certes nombreuses à travers les aides gouvernementales ou encore les incitations fiscales comme le bonus malus. Mais il semblerait que ces efforts ont été vains si l’on croit Nicolas Meilhan, conseiller scientifique à France Stratégie qui s’est exprimé en ces termes :

« Depuis 20 ans, les émissions de CO2 des voitures neuves en conditions de conduite réelle n’ont quasiment pas baissé ».

Au contraire, une étude publiée en début 2019 par Mathieu Chassignet a permis de constater que le niveau de gaz émis a affiché une tendance haussière depuis 2016. À cet ingénieur de l’Ademe de préciser :

« Les voitures neuves achetées en France émettaient en moyenne 109 g de CO2/km en 2016, 111 g de CO2/km en 2017 et 112 g de CO2/km en 2018 ».

Les SUV en seraient les responsables

Il va sans dire que la pollution de l’air par les voitures a repris de plus belle. Et d’après l’association Greenpeace, les SUV en seraient en grande partie les responsables en soutenant que :

« Les SUV rendent impossible une transition déjà difficile ».

Tout cela parce que ces 4x4 urbains se vendent mieux que les autres modèles et qu’ils sont désormais bien nombreux à circuler, alors qu’ils sont, de par nature, plus polluants que les autres. À Mathieu Chassignet d’ajouter :

« Plus lourds et moins aérodynamiques, ils consomment davantage ».

Il se trouve en effet que cette reprise de la croissance du niveau de gazcarbonique émis est allée de pair avec l’explosion des ventes des SUV si l’on se réfère au résultat de l’étude récemment publié par l’association Greenpeace qui a fait valoir que :

« Les ventes de véhicules tout-terrains de loisir (SUV) ont été multipliées par plus de quatre au cours des 10 dernières années, passant de 8% en 2008 à 32% en 2018 en Europe ».

Ce même rapport a même tenu à préciser que :

« En France sur les 70 nouveaux modèles de voitures sortis l’année dernière, 36 étaient des SUV. Sur cette même période, 40% des voitures vendues étaient aussi ce type de véhicule ».