Face à l’énorme succès du dispositif, l’État a fini par restreindre les conditions d’éligibilité à la prime à la casse. Cette nouvelle mesure est entrée en vigueur l’été dernier. Logiquement, de nombreux candidats potentiels ont été découragés par ces contraintes. Des entreprises agréées ont ainsi décidé de proposer des récompenses pour encourager le recyclage de vieilles voitures.

À l’heure actuelle, la transition écologique est une nécessité. Cela passe par une mise à la casse des anciennes voitures trop polluantes. Certains propriétaires préfèrent toutefois revendre leur véhicule sur le marché de l’occasion si celui-ci est encore en état de marche.

Souhaitant encourager les particuliers à se débarrasser de leur vieille voiture, l’État a lancé la prime à la casse. Celle-ci a profité à 350 000 Français en 2019, soit 100 000 bénéficiaires supplémentaires par rapport à l’année précédente. Le succès de ce dispositif a ainsi eu des répercussions positives sur les ventes de véhicules neufs et sur le marché de l’assurance auto.

Faire recycler sa voiture en toute légalité

La mise à la casse représente la seule option envisageable dès lors qu’un véhicule a atteint un certain âge. Il en est de même pour les voitures en très mauvais état. De ce fait, les entreprises spécialisées dans le recyclage d’épaves se multiplient dans l’Hexagone.


Cela dit, les établissements effectuant ce type de prestation ne sont pas nécessairement agréés. Or, le recyclage de voitures est soumis à une réglementation spécifique en France. Il faut notamment respecter des normes strictes en matière de dépollution et de traitement des déchets.

Si chaque année, 2 millions de voitures sont envoyées à la casse, 500 000 véhicules sont pourtant recyclés en dehors du circuit agréé. Ainsi, de nombreux propriétaires participent au recyclage dit « sauvage » dans le pays.

Goodbye Car a adopté des mesures pour endiguer ce problème. Ce site spécialisé dans la mise à la casse propose une récompense financière à ceux qui décident de recycler leur véhicule en toute légalité. Cette solution profite ainsi aux propriétaires réticents à remplacer leurs véhicules depuis la restriction des conditions d’accès à la prime à la conversion.

Pourquoi le dispositif a-t-il été durci ?

La prime à la casse donnait accès à un financement de 2 176 euros en moyenne. Il a logiquement connu un succès populaire sans précédent dès son lancement.

L’État a débloqué près de 820 millions d’euros l’an dernier pour financer la prime à la conversion. Face à cette charge non négligeable, l’Exécutif a été contraint de rendre les conditions d’éligibilité plus strictes en cours d’année.


Ainsi, dès l’été dernier, les modèles haut de gamme ont été exclus du dispositif. Le niveau d’émission de CO2 a également été revu à la baisse, afin de répondre aux objectifs de la France en la matière. De plus, le montant proposé est désormais fonction du revenu fiscal du demandeur.

À cause de ces mesures restrictives, l’enthousiasme pour ce dispositif est légèrement retombé, réduisant inévitablement le nombre de demandes déposées. Néanmoins, la prime reste encore très prisée dans l’Hexagone.