La France a débloqué 8 milliards d’euros pour soutenir les acteurs du secteur automobile en cette période de crise. Ce plan de relance a été révélé par le Président de la République fin mai dernier, pour une application dès le mois suivant. L’Espagne a également annoncé la mise en place d’un dispositif similaire courant juin 2020.

L'industrie automobile génère directement ou indirectement une grande diversité d'activités et d'emplois. Ainsi, les conséquences de la pandémie sur les constructeurs se répercuteront nécessairement sur les distributeurs, les équipementiers, les courtiers d'assurance auto, etc. Les pouvoirs publics ont donc tout intérêt à sauver cette filière occupant une place importante dans l'écosystème national et international.

Conscient de la gravité de la situation, le gouvernement espagnol a récemment annoncé le déploiement d'un plan d'urgence pour financer la relance du secteur. Plus de 3 milliards d'euros seront alloués à ce dispositif de soutien dédié aux professionnels de l'automobile. L'exécutif a également profité de cette opportunité pour accélérer la transition énergétique du pays.

Un secteur en péril

L'Espagne est aujourd‘hui le deuxième plus grand constructeur automobile européen après l'Allemagne. Il s'agit ainsi d'un domaine particulièrement important pour le tissu économique local. Cette filière représente d'ailleurs 10 % du PIB du pays et un cinquième de ses exportations. De plus, le secteur compte 2 millions d'emplois directs et indirects.


Ces dernières années, l'industrie automobile espagnole a été fragilisée par la transition forcée vers l'électrique et la baisse continue de la demande. Ainsi, elle a été fortement affectée par l'épidémie de Covid-19. La crise sanitaire a même entraîné l'arrêt de ses usines durant plusieurs semaines.

Dans ce contexte problématique, le constructeur nippon Nissan a récemment décidé de fermer ses unités de production implantées à Barcelone, dans le nord-est du pays. Les activités sur ce site permettaient d'employer directement et indirectement plus de 20 000 personnes. Le géant américain Ford a également annoncé le licenciement de 350 salariés à Valence, dans l'est.

Des mesures concrètes pour relancer l'économie

Le plan de soutien se présentera concrètement sous forme de financements visant à renouveler le parc automobile espagnol. Sans surprise, les aides à l'achat proposées privilégieront les voitures électriques. Le gouvernement promet également de soutenir la recherche ainsi que l'innovation dans le domaine. Enfin, des incitations fiscales sont prévues pour rendre ce secteur plus compétitif.

Les subventions dédiées aux acheteurs de modèles électriques s'inscrivent dans le programme de transition énergétique initié par l'exécutif. Il faut savoir que l'Espagne cherche à atteindre 100 % de voitures zéro émission à l'horizon 2040 pour les nouvelles immatriculations.

Outre le secteur automobile, l'État a préparé un plan de relance pour la filière tourisme, comme l'a annoncé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez mi-juin 2020. Cette activité représente 12 % du PIB du pays. Il s'agit d'un des secteurs les plus touchés par la pandémie de Covid-19. En effet, les nouvelles mesures sanitaires affectent les déplacements des clients potentiels, les capacités d'accueil, etc.