Alors que l’offre en matière de véhicules 100 % électriques et hybrides rechargeables se développe, les ventes ont nettement diminué dans plusieurs pays européens en juin et juillet 2022. Si des causes probables ont été identifiées, les experts attendent d’observer l’évolution des immatriculations d’ici la fin de l’année pour livrer des conclusions plus pertinentes.

Baisse de 6 % des ventes, avec des disparités par pays

Ces dernières années, les grands noms de l'industrie automobile multiplient la production de modèles électriques. En parallèle, la densification du réseau de points de recharge se poursuit. Enfin,

La plupart des gouvernements ont mis en place des politiques visant à encourager les ménages à basculer vers la mobilité propre.

Ces différentes mesures ont dopé les ventes sur le marché européen sur les trois premiers mois de l'année (+59 %). En revanche, dès le deuxième trimestre, leur progression a été limitée à 10 %. Et à compter du mois de juin, différents pays ont accusé une baisse des volumes écoulés :

  • -1,9 % en Italie,
  • -3,5 % en Allemagne,
  • -10,6 % en Norvège.

Pour le mois de juillet, EV Volume annonce un

Repli cumulé de 6 % des immatriculations pour l'ensemble des voitures électrifiées, incluant hybrides rechargeables.

Dans le détail, la Norvège subit une chute de 33 %, suivie par l'Italie avec -25 % et le Royaume-Uni, qui enregistre un décrochage de 13 %. L'Allemagne et la Suisse s'en sortent mieux avec des ventes en recul de 8 % et 7 % respectivement.


Les probables causes du repli des ventes

Certes, selon les spécialistes,

Ces données sont à relativiser, dans la mesure où ils comprennent les ventes de modèles hybrides rechargeables.

En effet, ce type de motorisation va logiquement diminuer au cours des prochaines années en raison de l'essor du 100 % électrique.

Néanmoins, le repli des immatriculations de voitures électrifiées est suffisamment conséquent dans plusieurs pays pour être ignoré.

Les experts avancent au moins trois raisons à ce mouvement baissier :

  • le changement des règles fiscales d'incitation à l'achat (cas de la Norvège) ;
  • les pénuries de composants et retards de livraisons liés aux perturbations de la chaine mondiale d'approvisionnement ;
  • le prix élevé des automobiles électriques.

Il faudra certainement attendre les données des derniers mois de 2022 pour pouvoir établir un bilan et identifier plus précisément les causes de l'évolution positive ou négative des volumes.

Dans tous les cas ceux qui ont décidé de franchir le pas et ont acheté une voiture électrique récemment, devront souscrire une assurance auto, on préconise de procéder à plusieurs devis assurance auto afin de trouver le contrat le plus compétitif.