Le marché des véhicules neufs en Europe vient de signer sa première progression de l’année 2020, même si elle reste modérée, à + 1,1 %. C’est ce qui ressort du dernier rapport de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). En revanche, sur les trois premiers trimestres, la baisse cumulée atteint 29,3 %.

Première hausse des immatriculations neuves depuis janvier

Par rapport à 2019, les immatriculations de voitures neuves en Europe (l'Islande, la Suisse, le Royaume-Uni et la Norvège en plus des pays de l'UE) sont orientées à la baisse depuis le 1er janvier 2020.

Mois après mois depuis, les chiffres montrent systématiquement un écart négatif sur un an, malgré la reprise amorcée à la faveur de l'été et les conditions intéressantes de prêts et d'assurance auto.

Il faut attendre septembre pour observer la première augmentation des ventes (1,1 %) avec 1,3 million d'unités écoulées. Sur la trentaine de pays concernés, 17 ont enregistré une hausse des transactions portant sur des automobiles neuves au début de l'automne. Toutefois, la croissance est plus marquée en Italie (+ 9,5 %), de l'autre côté du Rhin (+ 8,4 %), ainsi que dans les pays scandinaves, notamment le Danemark, la Finlande et la Suède.


En revanche, certains marchés peinent à se redresser. La Croatie affiche encore des volumes en baisse de 45 %, tandis que le Portugal et l'Espagne accusent des diminutions respectives de 39,3 % et 38,3 %. Au total, 8,56 millions de véhicules ont trouvé preneur au cours des trois trimestres, soit une chute de 29,3 %. En comparaison avec les résultats des 9 premiers mois de 2019, ce sont 3,5 millions d'unités en moins.

Des résultats contrastés pour les marques

Dans le détail pour les marques, le groupe Volkswagen se distingue avec une amélioration de 14,1 %, portée notamment par Audi, qui accroît ses ventes de 41,8 % sur un an, et Skoda, auteur d'une progression de 16,5 %.

Une performance qui n'empêche pas l'ancienne entreprise tchèque de cumuler un recul de 19,7 % entre le 1er septembre et le 30 septembre 2020.

Côté français, Dacia réalise un bond de 33,1 % qui permet à Renault de finir le mois de septembre avec +8,1 % malgré le repli de 1,3 % des immatriculations de la marque au losange pour le mois. En revanche, PSA reste dans le rouge (– 14,1 %) à cause de la dégringolade d'Opel-Vauxhall (– 32,5 %). Celle-ci est d'ailleurs l'une des marques les plus durement touchées par la crise, puisque depuis janvier, elle a perdu 48,8 % de ses volumes.


Concernant les constructeurs étrangers, Toyota voit ses ventes augmenter de 10,5 % en septembre 2020, mais sur les 9 mois, la baisse cumulée est de 18 %. Le groupe FCA s'en sort honorablement avec + 11,8 % grâce à Fiat (+ 10 %) et Jeep (+ 24,7 %). Nissan se contente de +6,6 %, mais elle est en meilleure posture que son autre rivale japonaise Mazda, une des plus durement impactées avec un effondrement de 42,7 % en cumulé.