Depuis le déconfinement, les acteurs du secteur doivent rattraper les retards accumulés pendant près de trois mois dans l’examen du permis de conduire. Anciens et nouveaux candidats confondus, 350 000 examens ont été annulés et reportés pour cause de covid-19. Presque partout en France, et dans certains départements comme en Seine-Maritime et en Dordogne, les futurs conducteurs doivent patienter parfois plusieurs mois avant de connaître la date de leur examen.

Un allongement de 7 jours du délai médian d'attente

Une gérante d'auto-école a déclaré qu'

Un candidat qui demandait à passer le permis vers la mi-août ne pourrait le faire qu'à la fin de l'année.

Le ministère de l'Intérieur explique que le délai médian d'attente d'une place d'examen est passé de 42 à 49 jours au niveau national, soit un allongement de 7 jours.

Cette situation d'engorgement est disparate au sein même d'un département, car elle dépend notamment du nombre des inscrits aux auto-écoles en ligne, de celui des élèves prêts à passer leur examen et de la disponibilité des inspecteurs.


Un nombre insuffisant d'inspecteurs pour faire passer l'examen

Des solutions ont été appliquées pour régler le problème dont la création de 90 000 places d'examen en plus jusqu'à la fin de l'année ainsi que la programmation de séances le samedi.

Les questions ont aussi été supprimées pour qu'un inspecteur puisse recevoir treize candidats par jour dans le respect des règles sanitaires, soit le rythme d'avant le confinement.

Selon le CNPA,

Les départements qui ont appliqué ces dispositions devraient en finir avec ce blocage d'ici le mois de novembre.

Philippe Colombani, président du syndicat UNIC (Union nationale des indépendants de la conduite) soulève le problème du manque criant d'inspecteurs qui perdure depuis une trentaine d'années.

Mais selon Christophe Nauwelaers, le secrétaire général de l'Unsa-Saneer (Syndicat automone national des experts de l'éducation routière),

Des efforts ont été entrepris dans ce sens en faisant appel à des inspecteurs à la retraite.

De son côté, Thibaut Sarrazin, chef de service en charge de l'éducation routière à la direction départementale interministérielle des territoires et de la mer en Seine-Maritime, reste optimiste même s'il reconnaît que « le retard pris pendant le confinement ne sera pas rattrapé rapidement ».

Ainsi, la plupart des examens auront lieu en septembre dans le département grâce au renfort de deux nouveaux inspecteurs.


En outre, plus des trois quarts des examens ont été organisés pendant les mois de juin et juillet avec un taux de réussite bien plus élevé qu'en 2019 (65 % contre 57 %).

La conduite supervisée recommandée

Pour de nombreux moniteurs, il est inutile de reprendre des leçons de conduite pour rester au niveau en attendant la date d'examen.

Philippe Colombani conseille à ses élèves qui ont terminé leur formation de passer à la conduite supervisée.

A noter que pour se protéger des incidents sur les routes, il est aujourd'hui possible pour les jeunes conducteurs de souscrire une assurance auto à tarif réduit.