Du fait de la crise mondiale des semi-conducteurs, le secteur automobile en Allemagne s’est effondré en novembre dernier. Sur un an, les experts évaluent le recul, qui est le cinquième d’affilée pour le pays, à 31,7 %. De ce fait, l’affreuse année 2020 apparaît moins dommageable que celle en cours pour la première économie européenne.

Outre-Rhin, Volkswagen demeure le leader du marché de l'automobile en novembre dernier. Devant Mercedes et ses 10 % de part, la marque en totalise 15 %. Ceci en dépit d'une baisse de 42 % des mises à la route sur un an.

Plus généralement, les seules immatriculations qui ont augmenté en Allemagne portent sur les voitures électriques. Le mois dernier, ils ont regroupé 20 % des ventes, derrière l'essence (33 %), mais devant le diesel (16 %). D'après l'agence fédérale de l'automobile KBA, les hybrides ont, eux, rassemblé trois sur dix des transactions. Les véhicules hybrides rechargeables et électriques ont représenté 34 % des mises à la route au total.


La production intérieure des fabricants allemands diminue

Il s'agit d'un chiffre inédit, d'après la VDA. Une fédération qui révèle qu'entre janvier et novembre 2021, la production intérieure des fabricants allemands s'est effondrée de 12 %. Cette moyenne découle de l'écroulement à 307 200 véhicules (32 %) qui s'est produit en novembre dernier. Pour les compagnies d'assurance jeune conducteur, par exemple, cette chute pourrait avoir provoqué une diminution des devis demandés.

Et la filière se trouve toujours au milieu d'une situation difficile. Selon le directeur du Center automotive research à Duisbourg, Ferdinand Dudenhöffer, après une lente embellie en 2022 :

Une vaste reprise ne devrait intervenir qu'en 2023.

Le tout bien que le niveau des immatriculations à l'échelle du globe peinera encore à s'aligner avec celui de 2019. Relativement à ce contexte, les fermetures des usines et des concessionnaires ont freiné les achats l'année dernière. Cependant, Ferdinand Dudenhöffer soutient aussi qu'en 2020, les retombées de la crise sanitaire :

[…] Sous forme de pénuries de puces, turbulences dans les chaînes logistiques et hausses des prix de matières premières ont déstabilisé le marché automobile mondial. […]

Les ventes sur les onze premiers mois de 2021 sont moins élevées

D'après l'expert, la pénurie de composants électroniques a particulièrement frappé l'Allemagne. À noter que cette crise a engendré des interruptions de production. Elle favorise aussi le chaos dans de larges segments de l'économie, dont le secteur automobile.

Dans ce cadre, la fédération des fabricants étrangers VDIK table sur 2,6 millions de voitures vendues en Allemagne en 2021. Comparé à 2020, ce volume reflèterait un recul de 11 %. De son côté, Ferdinand Dudenhöffer prévoit une contraction à 2,69 millions d'unités (-8 %). Le spécialiste commente :

Le marché automobile allemand n'a pas été aussi mauvais depuis la Réunification.

Au total, le mois de novembre 2021 s'est clôturé outre-Rhin par l'immatriculation de 198 258 véhicules neufs. En onze mois, le volume de mises à la route en Allemagne s'établit à 2,4 millions de voitures. Pour l'ensemble de 2021, syndicats et analystes se préparent à une diminution d'environ 10 % comparativement à 2020. Par rapport à la période janvier-novembre 2020, les ventes durant le même intervalle en 2021 apparaissent 8 % plus faibles.

Enfin, la filière allemande de l'automobile a souffert en novembre de sa cinquième dégringolade de suite. Sur un an, elle s'est repliée de 31,7 %. Une conséquence de la crise des semi-conducteurs à travers le monde.