Chaque année, en février, les tarifs des péages sur les autoroutes françaises augmentent. Dans un contexte économique tendu, 2024 ne fera pas exception. Clément Beaune, le ministre des Transports, a néanmoins promis que le taux de la prochaine révision ne dépassera pas 3 %. Les automobilistes peuvent heureusement recourir à certaines parades pour limiter l’impact sur leur budget.

Face à la hausse des prix des péages, quelles solutions pour payer moins cher??

Des tarifs en constante progression depuis la privatisation des autoroutes

Tous les ans, au mois de février, les prix des péages en France sont revus à la hausse, au minimum pour 70 % de l'inflation, assortie d'une majoration destinée à financer les travaux planifiés par les sociétés concessionnaires d'autoroutes. Cependant, pour 2024, le gouvernement s'engage à rester en dessous de la barre des 3 %. Si ce taux est effectivement inférieur au pic de +4,75 % observé pour la hausse des prix à la consommation, il dépasse largement celui appliqué l'an dernier (+ 2 %).

L'usage des autoroutes coûte donc de plus en plus cher aux ménages. Depuis leur privatisation en 2006, les prix ont explosé. Les 20 % d'augmentation observés sur 10 ans dès le premier bilan montraient déjà un net excédent par rapport à l'inflation alors en vigueur, et par conséquent, des 70 % de l'inflation censés servir de base de calcul.


Au cours de la décennie suivante, le mouvement s'est confirmé. L'Inspection générale des finances (IGF) a pointé du doigt les « super profits » réalisés par les acteurs de ce marché.

Ce rapport dévoilé en janvier 2023 par Canard enchaîné annonce une rentabilité de 12 % et des dividendes distribués au-delà de toutes les prévisions.

Or, selon certains fonctionnaires du ministère de l'Économie, l'État pourrait récupérer des dizaines de milliards d'euros sur les taux de marge supérieurs à 7-8 % dégagés par les sociétés d'autoroutes. Bruno Le Maire a d'ailleurs reconnu cette possibilité en septembre dernier.

Il a en effet déclaré sur LCI que le gouvernement planche depuis plusieurs mois sur les modalités permettant d'accéder à une partie de ces profits colossaux.

Des astuces pour économiser sur le péage

Pour dépenser moins en péage, la pratique la plus courante consiste à prendre un abonnement pour le service. Non seulement le statut d'abonné permet de gagner du temps à chaque passage, mais à partir de 10 aller-retour mensuels, le prix des trajets du quotidien est réduit de 30 %.

Certains conducteurs choisissent d'emprunter les voies sans péage, à identifier sur des applications mobiles. Sur Google Maps, par exemple, il suffit de cliquer sur le bouton « Options d'itinéraire » puis cocher « Sections à péage » pour les trouver. L'inconvénient de cette option est l'allongement du trajet, tant en temps qu'en distance. Même à vitesse réduite, les économies réalisées sur le carburant sont rapidement annihilées par cet écart.

Une solution un peu plus complexe, mais maligne, est de multiplier les sorties et entrées sur l'autoroute sur plusieurs bretelles.


Car les tarifs des parcours fractionnés sont plus intéressants que ceux des trajets entiers, ce qui permet parfois une baisse pouvant atteindre 20 % du montant de la facture.

Bon à savoir : les assureurs ont tendance à appliquer une surprime aux clients qui empruntent fréquemment les autoroutes – un facteur pris en compte dans le calcul des primes –, une majoration justifiée par le fait qu'ils sont plus susceptibles d'être impliqués dans un accident de la route.

Pour ces derniers, il est donc important de recourir à un comparateur d'assurance auto afin de trouver la meilleure couverture au meilleur prix.

A retenir
  • Les tarifs des péages français vont augmenter en février 2024, mais dans la limite de 3 %, selon le gouvernement.
  • L'État pourrait récupérer une partie des profits importants que réalisent les sociétés d'autoroutes.
  • Il existe plusieurs astuces pour économiser sur les péages : s'abonner, éviter les autoroutes, ou faire des trajets fractionnés en sortant aux bretelles et en revenant immédiatement.