Une circulaire ministérielle vient de paraître. Elle invite les services de l’État à acquérir de nouveaux véhicules de fonction ou de services électriques ou hybrides, sauf pour les blindés. Dans ce document ayant intitulé « la nouvelle gestion des mobilités », le Premier ministre entend renforcer les actions en faveur de la réduction de l’empreinte environnementale. Celle-ci est l’un des objectifs du gouvernement pour promouvoir la transition écologique.

Une mobilité plurielle au sein des services publics

Ce document qui veut rendre les services publics plus éco-responsables vise avant tout à revoir les règles de gestion des véhicules et à mettre en place des plans de mobilité. Dans ce cadre, des référents mobilités seront désignés dans les établissements et organismes publics de l'État, dont la flotte compte plus de 100 voitures.

Ils ont pour rôle d'encourager l'autopartage et le covoiturage des voitures de service ainsi que les moyens de transport alternatifs, dont les vélos.

Un « forfait mobilités durables » de 200 euros par an est destiné aux agents publics qui privilégient l'usage du vélo ou du covoiturage pour leurs trajets domicile-travail.


Au moins la moitié de la flotte de véhicules devrait être à faibles émissions

Cette circulaire prévoit également de verdir le parc de l'État lors du renouvellement annuel. Ainsi, au moins la moitié de la flotte devrait être à faibles émissions, que ce soit dans le cadre d'une acquisition ou d'une location longue durée (LLD).

Dans le même temps, toutes les citadines publiques et civiles achetées ou louées devront être des voitures propres.

Par ailleurs, le locataire de Matignon souhaite qu'il y ait moins de voitures de fonction individuelles. À noter que cette circulaire ne concerne pas toutes les flottes publiques, mais uniquement celles du gouvernement central et des services régionaux.

Une gestion de parc mieux optimisée

La production du rapport annuel sur les plans de mobilité est aussi du ressort de chaque référent. Celui-ci prend en charge la gestion de véhicules, l'inventaire de flotte et les mesures de mobilité alternatives.

De même, la circulaire établit entre autres des règles d'achat et de revente automobile ainsi que de souscription de contrats d'assurance auto.

Le référent participe en outre à l'accélération de l'installation de bornes de recharge pour véhicules électriques. Il veille à ce que les besoins en points de charge soient programmés et que les équipements adéquats soient mis en place.