L’usage d’huile de friture comme carburant est loin d’être une innovation. Ceux qui y avaient recours agissaient cependant à l’encontre des législations en vigueur dans l’Hexagone. La situation pourra bientôt changer après l’adoption du projet de loi sur le pouvoir d’achat par l’Assemblée nationale. Cette proposition de loi inclut en effet un amendement qui suggère d’ajouter l’huile végétale au gazole.

C'est une décision que les consommateurs accueillent probablement bien au vu de la hausse incessante du prix du carburant. Certains parlementaires ont en effet avancé l'idée de légaliser l'utilisation d'un mélange d'huile végétale et de gazole comme carburant. La suggestion a été mise en relief à travers un amendement adossé au projet de loi sur le pouvoir d'achat. Elle a été adoptée par la Chambre basse récemment avec la proposition de loi. Cette pratique présente deux avantages. Le premier est d'ordre financier avec les économies que les automobilistes peuvent réaliser. Il s'agit en même temps d'une alternative écologique. Le public cible reste néanmoins restreint.


Uniquement pour les véhicules anciens

Bien que légal, le carburant à l'huile végétale n'est pas une solution qui s'ouvrira à tous les automobilistes. Il est en effet destiné aux véhicules anciens. Selon les spécialistes, il n'est pas adapté aux modèles récents équipés d'un moteur qui a été expressément perfectionné. L'accès à ce nouveau carburant soulève par ailleurs une autre difficulté. Pour s'en procurer, les conducteurs doivent s'appuyer sur un circuit de distribution parallèle. Les avantages obtenus peuvent néanmoins les convaincre.

D'un point de vue écologique, cette pratique permet de recycler l'huile usagée. Cela réduit en même temps le travail des stations d'épuration. Le processus consistant à séparer l'huile des eaux usées est particulièrement délicat. Or, la France consomme 170 millions de litres d'huile végétale tous les ans, d'après l'association Roule Ma Frite.

Les bénéfices financiers peuvent aussi encourager les automobilistes français à s'orienter vers cette solution. Le prix se situe aux environs de 0,70 euros le litre pour l'huile végétale. Les consommateurs peuvent comparer avec le coût du carburant, comme sur un comparateur assurance auto, pour évaluer les économies réalisées.

Un carburant moins polluant

Pour 10 litres d'huile de friture, un conducteur pourra obtenir 8 litres de carburant, selon le texte avancé au Parlement. Ce carburant émet en outre 90 % de gaz à effet de serre en moins. Il faut toutefois la décanter et la filtrer dans un premier temps. Ce processus est utile pour enlever les impuretés et préserver le moteur.

Selon le cas, elle peut remplacer entièrement le gazole ou le compléter pour une quantité équivalente à 30 %. Les spécialistes recommandent la deuxième option qui permet de protéger le circuit d'injection.

Il est alors conseillé d'avoir une proportion à hauteur de 70 % pour le gazole et 30 % pour l'huile végétale.

L'adoption définitive du texte autorisant ce nouveau carburant doit attendre l'étude du projet de loi par le Sénat. Cette pratique n'est cependant pas nouvelle en France, bien qu'illégale depuis toujours. Elle est notamment courante dans les zones rurales où de nombreux habitants possèdent des modèles de véhicules anciens. Ils se servent généralement de l'huile de colza ou de tournesol. Certaines voitures peuvent parcourir des kilomètres sans montrer aucune faiblesse avec ce type de carburant.