Plus de 70 % des actifs français se servent de leurs voitures pour effectuer le trajet domicile - travail. Néanmoins, on distingue une hausse de l’utilisation du vélo, ainsi que des transports en commun. C’est à Paris que le bus et le train sont les plus plébiscités. Les cadres sont ceux qui s’en servent le plus souvent.

L'INSEE a publié le 19 janvier dernier les résultats d'une étude menée auprès de la population active française. L'organisme a surtout voulu examiner ses habitudes de déplacement. Il en ressort que la voiture constitue le moyen de locomotion le plus utilisé. Une préférence qui pourrait se faire sentir chez les compagnies d'assurance auto.

Les agriculteurs, les artisans et les commerçants sont ceux qui ont le plus souvent recours au véhicule particulier. En parallèle, la mobilité douce (vélo et marche) commence à se développer. D'ailleurs, une hausse de 2 points a été constatée pour les vélos. Ce mode de déplacement serait particulièrement apprécié des cadres. Les salariés préfèrent prendre la voiture.


Un choix déterminé par la longueur du trajet

Le choix du moyen de transport est en partie déterminé par la distance entre le domicile et le lieu du travail. Il dépend également des transports en commun existants dans chaque ville. Selon l'INSEE, le transport collectif est typique des endroits les plus urbanisés. Aussi, dans les pôles (hors Paris), 14 % des actifs y ont recours. Les statistiques se chiffrent à 4 % dans les couronnes et à seulement 2 % dans les communes hors attractions. Paris se distingue toutefois du lot. En effet, 70 % des travailleurs de la capitale utilisent le transport en commun.

Le recours à ce mode de déplacement diminue au fur et à mesure que la distance à parcourir augmente, excepté pour les distances de plus de 50 kilomètres. Dans ce cas précis, les Français préfèrent prendre le train. Pour les distances plus courtes, beaucoup choisissent de faire le trajet à pied.

Si le lieu de travail se trouve à moins de 2 kilomètres du domicile :

  • 31 % privilégient la marche ;
  • 10 % prennent un moyen de transport en commun.

Pour une distance de 2 à 5 kilomètres :

  • 7 % optent pour la marche ;
  • 19 % choisissent les transports en commun.

La mobilité douce très plébiscitée à Grenoble et à Strasbourg

Globalement, 16 % des actifs utilisent les transports en commun, contre 74 % qui se déplacent en voiture. La mobilité douce attire pour sa part 8 % des Français. Parmi eux, 2 % prennent le vélo et 6 % privilégient la marche. Grenoble et Strasbourg sont les deux villes où les modes doux gagnent du terrain. 17 % des habitants en situation d'emploi rejoignent leur lieu de travail à vélo ou en marchant.


Dans son rapport, l'INSEE souligne que la part de ceux qui se déplacent en voiture augmente avec la distance à parcourir. Aussi, pour plus de 5 kilomètres, leur proportion est de 60 %. Elle atteint 85 % pour les distances entre 25 et 30 kilomètres.

La voiture est particulièrement sollicitée dans les communes hors attractions. Les agriculteurs, les artisans et les commerçants y ont souvent recours en raison de la rareté des transports en commun dans les zones rurales. À cela s'ajoute la nécessité de réaliser divers déplacements dans la journée, en lien avec le travail.