Le marché tricolore est désormais concerné par le problème de manque qui touche déjà plusieurs pays depuis quelque temps. D’après les experts, cela s’explique par la pénurie de composants électroniques qui frappe l’industrie auto, mais aussi par un positionnement des loueurs. L'an passé, ces derniers ont décidé d’amoindrir le nombre de leur véhicule.

En 2020, la crise du Covid-19 a obligé les loueurs à réduire drastiquement la taille de leur parc automobile. À l'heure actuelle, les voyages affichent une forte reprise avec la levée des différentes restrictions sanitaires. Les flottes, elles, peinent à retrouver leur dimension d'autrefois.

Un problème accentué en partie par la situation de manque sur le marché des puces électroniques. À titre d'information, la pénurie confronte les loueurs à des retards de livraison. Pourtant, ils tablaient sur une hausse du nombre de voitures qu'ils pourraient proposer avant le début du mois en cours. Du fait de ces circonstances, les tarifs hebdomadaires pour une location ont explosé.


Les prix ont doublé en Corse

Depuis la saison estivale de 2019, le prix pour de simples citadines s'est par exemple envolé à 407 euros en Italie. Soit une augmentation de 157 euros comparée à la période d'avant pandémie. En France, le même phénomène de hausse a été relevé par tous les comparateurs de location de véhicule. D'après Carigami, le coût moyen à la semaine s'établit à 364 euros en ce moment. Entre juin et août 2019, il s'élevait à 277 euros. Chez Liligo, l'on indique qu'à profil de voiture équivalent, les coûts ont presque flambé de 100 % en Corse. À Majorque, ils ont quasiment triplé, selon l'entreprise.

Celui-ci découle de l'offre qui n'arrive pas à satisfaire la demande sur le marché de la location courte durée. En cet été 2021, les besoins émis sont presque parvenus au même niveau enregistré qu'en 2019. La tension sur le marché résulte de la circonspection des loueurs, causée par leur incertitude quant à l'issue de la pandémie. La DG d'Europcar, Caroline Parot affirme que le rétrécissement de flotte touche tous les acteurs de la filière. Une situation qui affecte notamment les distributeurs d'assurance en ligne.

Un problème également constaté ailleurs

La dirigeante explique qu'il y a encore deux mois, le secteur de la location se montrait pessimiste vis-à-vis de la période estivale. S'étant référés à l'évolution de la vaccination en Europe, les professionnels ont fait preuve de prudence pour éviter une accélération exagérée, allègue-t-elle. Caroline Parot spécifie que toutes les sociétés disposent aujourd'hui entre 30 % et 35 % de voitures en moins qu'il y a deux ans.

Compte tenu de cette conjoncture, les loueurs transalpins ont commencé à prévenir les clients, déclare leur président, Massimiliano Archiapatti. Plus précisément, ils appellent les vacanciers qui envisagent de partir en Italie à réserver à l'avance leur véhicule. Le marché entre particuliers se révèle également tendu. Selon un porte-parole de GetAround, neuf sur dix des voitures disponibles ont trouvé preneur depuis deux mois pour de longs week-ends.