Renault, Stellantis et Volkswagen se trouvent parmi les constructeurs dont l’activité est ralentie par la crise ukrainienne. Le groupe allemand aurait déjà dû mettre à l’arrêt une partie de ses sites de production. En cause, des composants fournis par des sous-traitants en Ukraine qui leur manquent. Ils seraient pourtant indispensables sur les modèles électriques.

Les constructeurs automobiles parlent de risque de perturbation de la chaîne d'approvisionnement. Ce serait la conséquence de la guerre en Ukraine sur leurs activités. La situation touche tout particulièrement le groupe allemand Volkswagen qui a dû mettre en pause la production d'une partie de ses véhicules. En effet, deux de ses usines auraient dû cesser de fonctionner temporairement en l'absence des composants dont ils ont besoin. Il s'agit du site de production à Dresden et celui de Zwickau. La sortie de certains modèles pourrait ainsi être repoussée. Les clients seront informés de l'évolution de la situation et des mesures prises par le constructeur.


Des difficultés à s'approvisionner

La crise ukrainienne affecterait notamment la production de véhicules à motorisation électrique. Volkswagen a déjà dû arrêter de travailler sur la nouvelle Cupra Born, assemblée dans son usine à Zwickau. Il en va de même pour l'Audi Q4 e-tron.

Certes, le groupe ne dispose d'aucun site de production en Ukraine. Elle collabore cependant avec des fournisseurs et des équipementiers qui ont leurs usines de production dans ce pays. Ces sous-traitants doivent lui fournir les faisceaux électriques utilisés sur les modèles électrifiés. La guerre pourrait ainsi avoir un impact sur sa chaîne d'approvisionnement selon son porte-parole.

Plusieurs marques sont touchées dont Skoda. L'assemblage de l'Enyaq a cessé momentanément. L'usine de Mlada Boleslav en République tchèque aurait toutefois été préservée. Elle s'occupe des modèles comme Scala, Kamiq, ou Fabia. Déjà disponibles sur le marché, ces derniers peuvent bénéficier d'un contrat d'assurance auto qui leur est adapté. Les versions électrifiées ont droit à une offre qui leur est dédiée, identique à l'assurance jeune conducteur.

Des salariés mis au chômage partiel

Deux sites de production ont à ce jour été mis à l'arrêt chez Volkswagen. Celui de Dresden a mis ses activités en pause du 2 au 4 mars 2022, celui du Zwickau du 1er au 4 mars 2022. Les deux usines sont en charge des modèles Volkswagen ID.3, ID.4 et ID.5. Selon le porte-parole de la marque, les modèles électriques assemblés à travers la plateforme MEB seront touchés. Et ce, en raison des composants manquants utiles pour chacun d'eux.

Les salariés ont été mis en chômage partiel le temps que la situation s'améliore. Le groupe allemand ne serait cependant pas le seul à subir cette crise. Elle perturberait l'activité des constructeurs possédant une usine de production et des parts de marché en Ukraine et en Russie. Les groupes français Stellantis et Renault en font partie.

Hormis les répercussions sur le secteur automobile, la crise ukrainienne a eu des incidences sur le prix du carburant.