Les véhicules électriques connaissent un succès croissant auprès des Français. En juin dernier, ils ont été le principal moteur du rebond des ventes observé sur le marché des voitures particulières neuves et leur part de marché continue à augmenter. Une enquête réalisée par Enedis montre que les freins perçus par le public ne reflètent pas forcément la réalité.

90 % des propriétaires de véhicules électriques le rechargent à leur domicile

Les ventes de véhicules électriques sont en constante hausse depuis 2019, et le mouvement s'est accéléré au cours du premier semestre 2020. Au vu de ce phénomène, Enedis a réalisé un sondage concernant les habitudes des conducteurs de ce type d'auto, notamment concernant la recharge, l'insuffisance de bornes étant présentée comme l'un des principaux obstacles à l'essor de la technologie.

Or, l'enquête, menée avec l'institut BVA, montre que l'influence réelle de ce paramètre est moindre. 9 conducteurs de voitures zéro émission sur 10 utilisent leur propre installation à domicile pour recharger leur auto. 58 % se servent d'une prise classique, tandis que 35 % préfèrent gagner du temps avec une Wallbox.


Ainsi, seulement 30 % des sondés recourent occasionnellement aux bornes rapides, sur les parkings de supermarché dans deux tiers des cas et sur le lieu de travail pour 10 % des répondants.

Enedis révèle en outre que

42 % et 60 % respectivement des participants à l'étude ignorent la puissance délivrée par leur station de recharge ou celle que leur voiture peut supporter.

Pour les analystes,

Ce manque d'information explique en partie les réticences des ménages à adopter cette solution de mobilité.

L'autonomie et le coût de la recharge ne constituent pas des freins majeurs

Autre enseignement intéressant, plus de 6 usagers sur 10 (64 %) n'ont besoin que d'une recharge hebdomadaire ou bihebdomadaire.

Il faut dire que le kilométrage journalier n'est que de 43 km en moyenne, essentiellement pour les trajets domicile-bureau, contre 29 km pour l'ensemble du parc, quel que soit le type de motorisation. C'est donc moins que la distance parcourue par les propriétaires de véhicules diesel ou essence. Or, le véhicule de 55 % des sondés peut rouler sur 250 km avec un plein. Cela signifie pour les auteurs du rapport que « l'autonomie non plus ne devrait pas constituer un frein majeur ».

Sur un autre sujet de préoccupation pour les Français, le coût de l'énergie, les conclusions du fournisseur d'énergie sont rassurantes. 87 % des personnes interrogées n'ont pas subi de hausse de leur abonnement, et ce malgré le faible recours (37 %) à un dispositif de gestion de charge, la plupart des conducteurs passant par l'application dédiée ou directement par l'interface de la voiture.


Par ailleurs, pour éviter les pics de consommation et faire baisser le montant de leur facture d'électricité, les sondés se disent majoritairement « prêts à changer la plage horaire à laquelle ils branchent leur véhicule » (entre minuit et 7 heures du matin pour 42 % d'entre eux).

Ces économies s'ajouteraient à celles liées à l'assurance auto grâce au remboursement accordé par de nombreuses compagnies sur les primes 2020, et le gel des tarifs. Une bonne nouvelle pour les ménages en ces temps de crise qui ont réduit leur pouvoir d'achat.